Saint Bertrand de Comminges

EPHETA vous propose une fois par semaine un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Cette prédication hebdomadaire est assurée par le père Marcel Baurier, recteur de la cathédrale Sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges, que nous remercions chaleureusement.

Le samedi 23 octobre à 11 heures est célébrée à la cathédrale en la fête votive de Saint Bertrand une messe présidée par Mgr Le Gall, archevêque de Toulouse. C’est l’occasion pour la paroisse de St-Bertrand de vous associer par le chant à cette liturgie et de vous présenter ce saint patron d’un diocèse médiéval aujourd’hui disparu.

Pour chanter la joie de répondre à l’appel de Dieu, de se lever et de marcher avec lui, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ecoute, ton Dieu t’appelle : « Viens suis-moi » (NE). Chœur dans la ville © A revoir sur YouTube
(Voir les paroles)

Qui est Saint Bertrand de Comminges ?

Il y a 938 ans, arrivait dans le Comminges, sur le rocher désert et ruiné depuis 5 siècles, un nouvel évêque, Bertrand de l’Isle (petit-fils du comte de Toulouse, Guillaume Taillefer).

Bertrand naquit vers 1050 au château de L’Isle-Jourdain. Appartenant à la bonne noblesse, le jeune homme se voua d’abord à l’idéal de la chevalerie, mais, à l’âge adulte, il fut ordonné prêtre et demanda son admission dans le « chapitre de chanoines » de la cathédrale Saint-Etienne.  En 1083, le clergé et le peuple de Comminges qui cherchaient un nouvel évêque pour la cité, porteront leur choix sur ce jeune chanoine qui réunissait les rares qualités d’un seigneur méridional respecté et capable de ramener la prospérité puisqu’engagé dans la Réforme de son temps.  A ses dons s’ajoutaient un tempérament humain et une qualité de foi dont l’avenir allait prouver la richesse.

Un évêque grégorien :
Son effort se porta sur la réforme du clergé en imposant une vie communautaire avec les chanoines ; une vie de pauvreté, de prière et d’études.  Il fit ainsi du chapitre un foyer rayonnant et exemplaire de vie évangélique. Il fit régner l’ordre civil dans son diocèse, il rendit la justice, mais surtout, il redressa l’Eglise.

Un évêque pacificateur : 
Il se fait bâtisseur pour relever et reconstruire cette cité qui vivait dans la misère et la grande violence. Avec résolution, il fait appliquer la trêve de Dieu dans tout le Comminges ainsi que dans les Hautes-Pyrénées pour y faire régner paix et sécurité.

Un évêque libérateur :
De nombreux miracles sont attribués à Saint Bertrand qui se mit au service de la libération des cœurs autant que des corps.  Alors qu’il était déjà au ciel, il eut tant de gratitudes de la part de nombreux prisonniers qu’il délivra en brisant les chaînes ; ainsi même que sa délivrance miraculeuse de Sancho Parra, un petit seigneur et voyou, qui était emprisonné à Barcelone.

Un évêque préoccupé par les petits et les sans droits :
Bertrand était très proche de ses fidèles ainsi que des plus petits et pauvres, les visitant sans cesse avec attention et charité, aussi bien au temporel qu’au niveau spirituel.  Il mit en place des terrains appelés « sauvetés » (qui devenus des villages et des bourgs prirent le nom de « sauveterre » ou de « salvetat ») pour abriter les populations des pauvres, des marginaux, de hors-la-loi, des fugitifs afin qu’ils puissent y trouver refuge et sécurité.

Dès sa mort, le 16 octobre 1123, Bertrand fut considéré comme un saint dans toute la région pyrénéenne et depuis sa canonisation en 1222, le village prit le nom de : « Saint-Bertrand de Comminges ».

Paroisse de Saint-Bertand


Pour psalmodier « Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer », cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 22 (AELF). Ensemble vocal GPS Trio © ADF Musique

Pour chanter « Ne crains pas, je suis ton Dieu », cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ne crains pas (DEV522). Les Padrés © Diocèse aux Armées Françaises
(Voir les paroles)

Photos : Vue d’ensemble, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.
Affiche : Saint Bertand de Dominique Piéchaud (Coll. Les Tailleurs d’Images).


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


EPHETA remercie du concours apporté à cette publication :