Homélie 28° dimanche temps ordinaire année B

Dimanche 10 octobre 2021
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie

(Saint-Bertrand de Comminges)

Pour entendre l’appel à se rassembler en communauté le jour du Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Cloches de l’Abbaye de Sylvanes © Studio SM

Heureux les pauvres de cœur, car le royaume des Cieux est à eux ! (Mt 5, 3)

Pour chanter dans la joie le mystère d’être réunis par Dieu, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Dieu qui nous appelles à vivre (K158) : Ensemble vocal l’Alliance © Studio SM
(Voir les paroles)

Qu’est-ce qui fait bouger les hommes ? Apparemment l’argent, le pouvoir et la gloire, le désir de sécurité… ! Et cela peut changer selon nos âges et nos situations. Par exemple, plus l’âge avance plus le désir et besoin de sécurité s’imposent.

Mais tout cela fait-il vraiment vivre ? A moins d’être totalement aveuglés, ce qui n’est pas impossible, nous découvrons vite la vanité de ces réalités et qu’elles sont des illusions. Mais elles sont tellement commodes ! Aussi nous y tenons et nous nous y accrochons !

Cela Jésus le met en cause. Il ne nous promet certes pas la facilité, mais la joie profonde, née de l’authentique relations aux êtres et aux choses. C’est ce qui nous est dit et rappelé dans les lectures.

« À côté de la sagesse, j’ai tenu pour rien la richesse »
(Sg 7, 7-11)

Après la libération d’Egypte par Dieu et lors de l’exode, au Sinaï, le peuple d’Israël avait été appelé à la liberté profonde, créatrice de l’homme authentique. En fait, tout au long de son histoire, il n’a cessé d’oublier cet appel, cherchant son bonheur dans de fausses sécurités. Il n’y a trouvé que la désillusion.

Beaucoup plus tard, au milieu de 1er siècle av. J.C., un juif cultivé vivant en Egypte et méditant sur l’histoire de son peuple, reconnait que la seule véritable richesse, c’est la « Sagesse » reflet de Dieu lui-même. Car si l’idée de sagesse, tardive dans la pensée biblique, est très présente dans les sociétés orientales autour d’Israël, mais pour les croyants juifs, il ne s’agit en aucun cas d’un humanisme. Elle vient de Dieu et relie l’homme à Dieu.

Rassasie-nous de ton amour, Seigneur : nous serons dans la joie. 
(Ps 89)

Pour psalmodier les louanges, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 89 (AELF). Ensemble vocal GPS Trio © ADF Musique

« La parole de Dieu juge des intentions et des pensées du cœur »
(He 4, 12-13)

Les auteurs de la lettre aux Hébreux, viennent de montrer comment le manque de foi des Israélites, les a conduits à la catastrophe. Aujourd’hui Dieu fait à nouveau retentir son appel à travers Jésus, sa parole vivante. Nous sommes invités à un choix radical marquant un tournant définitif de notre vie, car la parole de Dieu est tranchante.  Aucune reculade n’est possible et c’est notre attitude qui nous jugera.

« Vends ce que tu as et suis-moi »
(Mc 10, 17-30)

L’évangile d’aujourd’hui nous est familier. Chez Marc, ce récit comporte une petite phrase qui n’est pas présente chez Mathieu et Luc : « Jésus posa son regard sur lui et il l’aima. »  Je cite cette phrase car elle nous permet de mieux comprendre pourquoi Jésus l’appelle à le suivre.

Dans l’attitude du jeune homme riche se retrouvent bien les contradictions de tant d’hommes, désireux de perfection, mais qui ne veulent pas renoncer à leurs désirs trop terrestres. Parmi ces hommes désireux de perfection, il y a aussi les apôtres et d’autres disciples. Lorsque Jésus leur dit que les richesses sont un obstacle pour entrer dans le Royaume de Dieu : « De plus en plus déconcertés, les disciples se demandaient entre eux « Mais alors qui peut être sauvé ? »

A ses apôtres soucieux eux aussi de réussite comme Pierre en témoigne en demandant qu’elle sera leur récompense, Jésus leur annonce la récompense paradoxale qui les attend : la possession du monde mais au milieu des persécutions et aussi la possession de la vraie vie éternelle.

Et pour nous, quand est-il ? Le don qui nous est proposé dans l’eucharistie est apparemment très simple et même pauvre. Un peu de pain, un peu de vin… Mais nous savons qu’en lui, c’est le Christ qui se donne et que nous recevons. Savoir en reconnaitre la valeur, y découvrir ce qui fait vivre, c’est accéder à la vraie richesse. C’est entrer dans la perspective de la Sagesse divine, accomplie en Jésus-Christ.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office :



Aujourd’hui, nous chantons Marie, en lui disant, tu es la Première en chemin, entraînes-nous à dire oui aux imprévus de Dieu.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

La première en chemin, Marie (V565). I. Gaboriau / D. Fauchard © Bayard Musique
(Voir les paroles)



Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement (gratuit) une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram

EPHETA remercie du concours apporté à cette publication :