Homélie 27° dimanche temps ordinaire année B

Dimanche 3 octobre 2021
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie

(Saint-Bertrand de Comminges)

Pour entendre l’appel à se rassembler en communauté le jour du Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Cloches de l’Abbaye de Sylvanes © Studio SM

Si nous nous aimons les uns les autres, Dieu demeure en nous ;
en nous, son amour atteint la perfection. (1 Jn 4, 12)

Pour chanter dans la joie le mystère d’être réunis par Dieu, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Jésus-Christ, parole de Dieu (A54-22). Ensemble vocal Resurrexit © ADF Musique
(Voir les paroles)

Il n’est pas bon que l’homme soit seul. Dieu a créé l’être humain à son image et il l’a donc créé pour aimer, et aimer à la manière dont lui-même Dieu nous aime. Or pour aimer, il ne faut pas être seul, mais il faut quelqu’un à aimer et qui vous aime. L’humain est un être de relation, car l’amour ne peut se vivre que dans la relation, dans la complémentarité et la communion. Aussi, l’union des hommes entre eux par l’amour même de Dieu, ne serait-elle pas le vrai sens du monde ? Ce qui est sûr, c’est que, d’après le message biblique, tel est bien le sens du monde.

L’être humain n’est pas fait pour la solitude. Pourtant le vivre ensemble n’est pas toujours facile et nous en faisons tous l’expérience dans nos vies. C’est sûr, diverses forces, élans et mouvements projettent les hommes les uns vers les autres : le besoin ou même la nécessité de ne pas être seul, le sentiment ainsi que diverses formes de sympathie et d’attirance, dont l’attrait charnel… Mais cela ne débouche pas automatiquement et infailliblement sur la véritable acceptation de l’autre, dans toute sa différence… Les amours humaines sont le plus souvent transitoires et fragiles, si elles en restent au niveau de la spontanéité. Il faut un long murissement pour que l’homme puisse s’ouvrir à la perfection de l’amour en aimant avec fidélité l’autre pour lui-même et non pour soi. Il faut encore, pour les croyants, un grand approfondissement spirituel pour prendre conscience que l’amour vient de Dieu et qu’en toute démarche d’amour Dieu est présent. C’est à cette perfection de l’amour que Dieu nous appelle. Elle n’est rien d’autre que le reflet de l’amour qu’il n’a cessé de montrer envers le peuple choisi tout au long de son histoire et qui s’est totalement manifesté en Jésus-Christ.

« Tous deux ne feront plus qu’un »
(Gn 2, 18-24)

Le livre de la Genèse n’est pas chronologiquement le premier livre de la Bible. C’est une fois sédentarisé et installé en Terre promise, qu’Israël se met à réfléchir sur son passé, ses origines et celles du monde. Il réfléchit à la condition humaine à la lumière de sa vocation de peuple de Dieu. Dans cette méditation, Israël acquiert la conviction que l’amour de l’homme et de la femme est particulièrement révélateur de l’œuvre divine. Dieu appelle l’humanité à une unité dont le modèle serait le premier couple. Le récit très imagé de la création exprime cette conviction fondamentale.

Que le Seigneur nous bénisse tous les jours de notre vie ! 
(Ps 127, 5ac)

Pour psalmodier les louanges, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 127 (AELF). Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

« Celui qui sanctifie et ceux qui sont sanctifiés doivent tous avoir même origine » (He 2, 9-11)

Certains chrétiens, marqués par le judaïsme tardif, sont tentés d’attribuer plus d’importance au culte des anges qu’à celui de Jésus. L’épitre aux Hébreux remet les choses à leur place. En Jésus homme, répondant à l’amour du Père par un amour total, Dieu appelle l’humanité à le rencontrer. Tout l’œuvre divine apparaît comme une œuvre d’unification : unification des hommes entre eux ; unification du créateur et de ses créatures.

« Ce que Dieu a uni, que l’homme ne le sépare pas ! »
(Mc 10, 2-16)

Nous le savons, pour vivre en société, les hommes ont besoin de lois. Mais cette nécessité n’a-t-elle pas aussi à sa source la dureté des cœurs ? En effet, devant les difficultés de l’amour, soucieux de sauvegarder leur égoïsme, les hommes ont fabriqué un règlement qui n’a que peu de chose à voir avec l’amour : là, tu es en règle, là tu ne l’es pas… Jésus constate et affirme que cela ne correspond pas à l’appel divin fondamental. Le véritable amour est fidélité inconditionnelle et accueil absolu de l’autre. Cet accueil, Jésus, par toute son attitude, montre ce qu’il doit être et il en suggère une image dans la spontanéité sans calcul de l’enfant.

En nous invitant toujours à sa table dans la célébration de l’eucharistie, Dieu manifeste la fidélité de l’amour qu’il nous porte. En même temps, il nous appelle à aimer en vérité et à être les témoins de son amour. Que notre participation à l’eucharistie nous rende capables de répondre à cet appel !

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office :



Aujourd’hui, nous chantons Marie, en lui demandant de chercher avec elle dans nos vies les pas de Dieu et d’accueillir par elle les dons de Dieu.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Chercher avec toi, Marie (V282). Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique
(Voir les paroles)



Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement (gratuit) une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram

EPHETA remercie du concours apporté à cette publication :