Secret

LE SECRET PROFESSIONNEL ET SACRAMENTEL

Approche juridique, canonique et évangélique

face aux défis contemporains

En raison de la pandémie Covid-19 et des restrictions de réunion en lieu clos, le cycle de trois conférences, initialement prévues les 15 et 20 mars, et le 12 avril 2021, est reportée à une date ultérieure dans un lieu à préciser.

Intervenants : Gilles Cappe, laïc op, juriste,

et Gabriela de Barberin, juriste

« Qu’en est-il du secret dans notre société qui prétend à l’immédiateté de l’information et à la radicalité de la transparence ? Que reste-t-il du secret professionnel du prêtre, du médecin, de l’avocat à l’heure du tout-juridique, du tout-médiatique, du tout-numérique ? La transparence peut-elle être érigée en principe absolu ? Tout doit-il être révélé ? Qu’en est-il de la présomption d’innocence ? Alors que semble dominer la présomption de culpabilité, préserver le secret, ne serait-ce pas restaurer l’innocence ? Quelle place accordée au secret dans l’institution ecclésiale ? Quel peut-être l’avenir du secret qui nous concerne tous dans notre quotidienneté, dans notre intimité ? » (Anne LECU, religieuse dominicaine, médecin et philosophe, Le secret médical – Vie et mort, Cerf, 2016)

Dans son livre, Un moment de vérité, paru chez Albin Michel en 2019, Véronique MARGRON, religieuse dominicaine et théologienne, déclare :  » Le scandale [des abus sexuels] s’est propagé, sans mot dire, sans maux dire, discrètement. Il s’est infiltré dans les rouages d’une institution façonnée par une culture du secret. » 

Autant de questions nous invitant à la réflexion.

Cette conférence se déroule, soit sous la forme d’un cycle en 3 soirées d’étude d’1 heure 30, soit sous la forme d’une conférence de 2 heures, où seront successivement abordés les thèmes suivants :

  • Fondement du secret
  • Secret professionnel
  • Secret médical
  • Notions voisines du secret
  • Violation du secret
  • Levée du secret
  • Secret pastoral
  • Secret professionnel et sacramentel, approche évangélique

Vous souhaitez recevoir notre lettre d’informations ? Inscrivez-vous.

Ce cycle de conférences est gratuit. Les personnes qui y participent peuvent cependant, pour contribuer aux dépenses occasionnées (location de salle et déplacement des conférenciers), faire un don selon le barème indicatif suivant : 5 euros / conférence.

Repères bibliographiques

Anne Lécu. Le secret médical. Dans une société contemporaine qui met l’immédiateté de l’information et la transparence en première ligne, la théologienne et médecin A. Lécu livre son point de vue sur le secret médical. Ses réflexions, inspirées de la pensée de Thomas d’Aquin ou de Michel Foucault, décryptent les nouveaux systèmes de traçabilité et les circulaires européennes afférentes. Pour comprendre la menace qui pèse sur le serment d’Hippocrate, il faut interroger les soubassements religieux de notre culture. Questionner l’héritage de notre pensée politique. Examiner la médecine et son histoire. Mais aussi scruter la réalité d’aujourd’hui, les circulaires ministérielles et européennes, les systèmes de surveillance et les modes de traçabilité, les révolutions technologiques et les évolutions de mentalité. C’est ce que fait ce maître-livre en dressant un panorama sans précédent qui est aussi un traité de résistance. Car, alors que domine la présomption de culpabilité, préserver le secret, c’est restaurer l’innocence.

Des théologiens s’engagent. Scandales dans l’Église. Quatre théologiens de l’Institut catholique de Paris, Gilles Berceville, Gilles Drouin, Catherine Fino, Luc Forestier et Éric Vinçon, vicaire général du diocèse de Bourges, s’engagent dans un dialogue qui ne demande qu’à se poursuivre. L’omerta sur les abus sexuels dans l’Église est levée. Mais comment l’Église s’empare-t-elle de cette question ? Et quel peut être l’apport de théologiens accompagnant des personnes victime d’abus ? Ils sont cinq à identifier ici la responsabilité spécifique de la théologie et de ce qui doit évoluer en elle « au coeur de la crise ». Ils pointent du doigt les sujets sur lesquels l’Église doit se repositionner dans son enseignement afin de prévenir les dérives. Quand la foi est source de manipulations, quand le silence augmente la gravité des fautes, quand l’autorité d’un ministre ordonné par l’Église justifie les plus graves désordres, quand la formation des prêtres élude ces problèmes … Tout est passé en revue pour offrir une réponse courageuse. Un livre choc. 

Véronique Margron. Un moment de vérité est un livre majeur sur la question éminemment douloureuse des abus sexuels dans l’Église. L’auteur, dominicaine, théologienne moraliste et présidente de la CORREF, expose clairement les causes et les dérives que révèle ce séisme pour l’Église, et nous donne à fonder notre espérance dans une réforme de l’Église salutaire qu’elle esquisse, en fin d’ouvrage, en 12 points incontournables, tels les 12 travaux d’Hercule. Véronique Margron a été amenée depuis des décennies à recevoir et écouter des victimes d’abus de toutes sortes, et cette expérience donne à son propos une densité humaine unique. De plus, s’engageant en théologienne, elle pousse la réflexion au-delà du simple constat d’un dysfonctionnement, fût-il gravissime : il s’agit de déceler, dans ce qui structure l’Église, les racines du mal – et, dans ses fondements spirituels, les issues possibles d’un relèvement. Un livre très singulier qui, de l’intérieur de l’Église, propose une analyse en profondeur et sans concession de la crise actuelle.

Pavel Syssoev. De la paternité spirituelle et de ses contrefaçons. Précieuse réflexion que ce livre redonnant les bases théologiques de la paternité spirituelle, moteur souvent de bien des abus. Le frère dominicain Pavel Syssoev analyse avec finesse cette notion, en pointant ses pathologies et ses déviations, mais aussi les voies de guérison possible. Un appel à une prise de conscience nécessaire.

Mise à jour le 30 avril 2021


Avertissement légal : Epheta œuvre suivant le magistère du concile Vatican II et du pape François et rassemble des chrétiens catholiques attentifs à nourrir et à augmenter leur fidélité de laïcs à leur vocation sacerdotale de baptisés. La liberté religieuse est un élément essentiel de la foi chrétienne, ce qui veut dire pour tout homme et toute femme liberté de chercher Dieu et d’adhérer à la vérité, de trouver la liberté intérieure donnée par Jésus Christ, d’apprendre à écouter son Esprit et de se laisser instruire en Eglise. Profondément soucieux et respectueux de ce que chaque fidèle, pèlerin ou retraitant, chercheur de Dieu, puisse sur son chemin personnel de foi être accompagné en Eglise pour s’ouvrir librement à Dieu, Epheta, association apostolique indépendante, s’attache le concours de partenaires et prédicateurs différents, clercs diocésains, ordres religieux et monastiques, communautés nouvelles et laïcs compétents, témoins des sensibilités spirituelles présentes au sein de l’Eglise catholique. Epheta ne peut cependant être regardé, nonobstant son charisme propre, comme étant assimilé, affilié, ou représentant un ordre religieux ou monastique, une institution ecclésiastique, ou un autre partenaire en particulier. (Article 9 des statuts de l’association.)