Mis en avant

Pèlerinage Terre Sainte novembre 2022

Pèlerinage en Terre Sainte
24 novembre au 1er décembre 2022
8 jours

Chrétiens du Monde, d’Occident et d’Orient,
ensemble sur les pas du Christ

1 930 € au départ de Paris Roissy CDG
Groupe de 25 pèlerins
Clôture des inscriptions : 20 septembre 2022

Pèlerinage organisé avec le concours de BIPEL, agence de voyages agréée n° IM 035 1000 40.

Partir en pèlerinage sur les lieux saints est édifiant pour tout chrétien du Monde, mais cela est d’autant plus édifiant pour les chrétiens d’Orient n’ayant pas eu les possibilités, pour une raison ou pour une autre, de réaliser ce rêve.
Aujourd’hui, ce rêve voit le jour.
Ensemble, chrétiens du Monde, d’Occident et d’Orient vont se rencontrer en Terre Sainte, berceau du christianisme, pour qu’ensemble se lèvent leurs prières pour la paix dans le monde.
Saint Jean-Paul II aimait à dire que l’Église a deux poumons, oriental et occidental, et que pour être en bonne santé spirituelle, Elle allait devoir respirer avec ses deux poumons.

Le groupe est ainsi constitué de chrétiens d’Occident et de chrétiens d’Orient résidant en France.
Accompagnés spirituellement par les frères Cyrille Jalabert et Bernard Ntamak, dominicains de l’Ecole biblique et archéologique française de Jérusalem, c’est que nous allons y vivre.

Evenou Shalom. La paix de Dieu soit avec nous. Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique

ACCOMPAGNEMENT SPIRITUEL DES PÈLERINS
Frères Cyrille JALABERT et Bernard NTAMAK, prêtres dominicains (op)
École biblique et archéologique française de Jérusalem

Le frère Cyrille JALABERT est un religieux dominicain. Il a vécu six ans au Levant comme professeur de français, puis comme jeune chercheur en histoire du Proche-Orient médiéval. Il y a entretenu des relations étroites avec la population locale et a pratiqué le dialecte syro-palestinien et l’arabe littéral. Il a été longtemps enseignant et éducateur en France avant d’entrer tardivement dans l’Ordre des Prêcheurs. Il a orienté ses recherches de théologie en histoire de l’Église à Fribourg (Suisse). Ses activités pastorales l’ont conduit notamment à s’occuper de scouts. Présent à l’École biblique de Jérusalem depuis avril 2021, il travaille aux publications archéologiques et il s’investit auprès des chrétiens locaux dans la formation spirituelle. Le frère Cyrille est arabophone. Il est prieur (supérieur) du Couvent Saint Etienne de Jérusalem.

ACCOMPAGNEMENT PAR UN GUIDE PROFESSIONNEL AGRÉÉ CATHOLIQUE

Afin de faciliter les formalités administratives d’entrée en Israël (1), votre groupe de pèlerins est assisté à l’arrivée à l’aéroport de Tel Aviv par un(e) hôte / hôtesse agréé(e) par les autorités.
Vous êtes ensuite accueilli(e) par M. Kayed Abou Sinni, guide professionnel agréé francophone et arabophone (licence n° 5247), chrétien catholique de Nazareth.
Homme de culture, il sait partager ses connaissances du pays.
Homme de foi, il s’unit à la prière quotidienne des pèlerins.
Pendant toute la durée du pèlerinage, les explications de votre guide sont en langues française et arabe. Un audiophone est fourni.
Un membre d’EPHETA, association organisatrice, est également présent à vos côtés.

(1) Délivrance d’une autorisation provisoire de séjour de visiteur. Ce document se substitue à un timbre apposé sur votre document de voyage. Il doit être conservé avec le passeport jusqu’à la sortie d’Israël.
Border Control Clearance. This document serves as a substitute for a stamp in your travel document. For foreigners this document serves as a Stay Permit. Keep attached to your travel document until exit from Israel.

PROGRAMME (8 JOURS / 7 NUITS)

Jour 1 : jeudi 24 novembre 2022. France / Tel Aviv / Nazareth
04h25 convocation à l’aéroport de Paris CDG. Formalités de police. Vols réguliers Lufthansa.
Vol Paris / Francfort : 07h25 vol LH 1051 Paris CDG / Francfort 9h00.
Vol Francfort / Tel Aviv : 10h10 vol LH 686 Francfort / Tel Aviv 15h15., puis transfert en autocar vers Nazareth.
Jour 2 : vendredi 25 novembre 2022. Mont Thabor / Nazareth
Jour 3 : samedi 26 novembre 2022. Journée au bord du lac de Tibériade
Jour 4 : dimanche 27 novembre 2022. Nazareth / Jéricho /Bethléem
Jour 5 : lundi 28 novembre 2022. Bethléem
Jour 6 : mardi 29 novembre 2022. Jérusalem
Jour 7 : mercredi 30 novembre 2022. Jérusalem
Jour 8 : jeudi 1 décembre 2022. Abou Gosh / Tel Aviv / France
12h30 transfert à l’aéroport de Tel Aviv. 13h25 formalités de police. Vols réguliers Lufthansa.
Vol Tel Aviv / Francfort : 16h25 vol LH 687 Tel Aviv / Francfort 20h00.
Vol Francfort / Paris : 21h15 vol LH 1050 Francfort / Paris CDG 22h30.

Télécharger ici le Programme complet.

NB : La réalisation des messes et des rencontres mentionnées au programme est sous toute réserve de disponibilité des églises et des intervenants mentionnés. L’ordre des visites peut être soumis à certaines modifications, selon les jours et horaires d’ouverture des sites. Cependant, l’ensemble des visites mentionnées au programme sera respecté.

Avec Toi, nous irons au désert (G229). Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique

Pèlerinage EPHETA en Terre Sainte du 12 au 18 mai 2022. Chrétiens du Monde ensemble sur les pas du Christ.
De haut en bas : basilique de la Nativité (Bethléem) ; Jérusalem vu du Jardin des Oliviers ; renouvellement des promesses du baptême à Qse el Yahud, lieu de baptême du Christ dans le Jourdain ; rencontre avec des enfants abandonnés à la crèche de l’hôpital S. Vincent de Paul (Bethléem) ; messe dominicale avec la communauté catholique de Nazareth ; grotte du champ des bergers à Beit Sahour.

Aaboum dbashmayo – Pater Noster (syriaque). Chœur Asdiqaa’ Yassou’ © AD Vitam Records

INFORMATIONS PRATIQUES
epheta.org@orange.fr – Tél. : 07 86 58 38 61

Formalités de police :

Chaque pèlerin doit présenter un passeport valide au moins six mois après la date de retour d’ISRAËL, soit jusqu’au 2 juin 2023 minimum.
Tout voyageur doit s’engager au respect des conditions sanitaires en vigueur en EUROPE et ISRAËL au moment du départ.
Les ressortissants de l’Union européenne sont dispensés de visa (Cf. note 1 ci-dessus) pour se rendre en Israël. A leur entrée, ils reçoivent une autorisation provisoire de séjour comme visiteur.

Documents à fournir avec le bulletin d’inscription signé à envoyer à :
EPHETA 48 rue de la Fontaine de Pirou 31210 FRANQUEVIELLE :

Ressortissant de nationalité française ou de l’Union européenne :
Passeport valide au moins jusqu’au 2 juin 2023 (photocopie),
1 photo récente – en couleurs – norme document d’identité (original).

Les documents justificatifs doivent être présentés exclusivement en photocopies ou fichiers scannés au format PDF.
Les photos / images JPEG, JPG, GIF et PNG ne sont pas admises pour ces documents.
La photo d’identité doit être présentée en original ou au format image JPEG ou PNG.
Merci de respecter avec attention ces prescriptions.

Télécharger ici le Bulletin individuel d’inscription
Télécharger ici la Fiche pratique pays (monnaie, climat, etc.)

Formulaires sanitaires pour entrer en Israël et en Union européenne (en vigueur au 30 août 2022)
Un service d’enregistrement en ligne des vols et des déclarations règlementaires UE et Israël à l’aller et au retour est proposé.

Israël :
Formulaire d’entrée en Israël à remplir en ligne dans les 10 jours avant le départ :
Flight Form Content – Corona Traffic Light Model (Ramzor) Website (health.gov.il)

Union européenne :
Formulaire de traçabilité numérique à remplir en ligne avant le retour en France :
EU Digital Passenger Locator Form (dPLF) (euplf.eu)

Garanties assistance – rapatriement et assurance complémentaire multirisque avec couverture Covid :

Une assurance « assistance et rapatriement » est incluse dans le prix du séjour.
Cette garantie est complétée par une assurance multirisque, également incluse dans le prix du séjour.
Télécharger ici la Notice détaillée.

PERSONNES À MOBILITÉ RÉDUITE – APTITUDE À VOYAGER

Merci de nous préciser à l’inscription si vous avez des problèmes de mobilité / handicap / allergies alimentaires ou autres afin que nous puissions organiser au mieux votre pèlerinage.

Sur demande, un taxi peut être réservé pour la descente du Mont des Oliviers. Le Chemin de Croix (Via dolorosa) vers le Golgotha et le Saint-Sépulcre peut aussi être aménagé à la demande.

Sur réservation préalable (nous consulter), un fauteuil roulant peut être embarqué gratuitement par la compagnie aérienne. Toutefois, le pèlerin à mobilité réduite doit être ensuite assisté pendant le pèlerinage par un membre de famille ou un proche accompagnateur.

Pour toute personne ayant été hospitalisée de manière continue ou ambulatoire dans les 3 mois précédant la date d’inscription : merci de fournir un certificat médical daté de votre date d’inscription au voyage attestant du caractère stable de la maladie et précisant que vous êtes apte à voyager. Si l’aggravation de votre maladie nécessitait une prise en charge pendant votre voyage, en l’absence de ce certificat, les frais engagés pour l’assistance médicale et/ou le rapatriement médical ne seraient pas remboursés.

Une mallette de secours, contenant des médicaments et pansements (hors prescription médicale) de première nécessité, est disponible pour les pèlerins.

Hébergements en Hôtels 3* ou 4 * (normes locales)

Jeudi 24 au samedi 26 novembre 2022 : Mary’s Well Hotel Nazareth
HaGalil St. 30, Paulus the 6th POB 2787 Nazareth Israël
Tél.  : +972-4-6500000
Email : HamaayanNazareth@danhotels.com

Dimanche 27 au mercredi 30 novembre 2022 : Nativity Hotel Bethlehem
P.O. Box 1069 Bethlehem Palestine
Tel : +972 2 2770650 Fax : +972 2 2744083
Email : info@nativityhotel.net

CONDITIONS TARIFAIRES
1 930 € / personne au départ de Paris Roissy CDG
Groupe de 25 personnes

Ce prix comprend : gestion directe des inscriptions individuelles et des règlements par EPHETA, services d’enregistrement en ligne des vols et des déclarations règlementaires UE et Israël à l’aller et au retour, transport aérien sur vols réguliers Lufthansa PARIS / TEL AVIV aller-retour en classe économique : 1 bagage à main (55x40x23) 8 kg + 1 article personnel (40x30x10) + 1 bagage enregistré (158cm) 23 kg., taxes d’aéroport et de sécurité et surcharge carburant (133,47 € au départ de Paris, estimation au 31 mai 2022), service d’accueil et d’assistance pour les formalités de police israélienne à l’arrivée à l’aéroport de Tel Aviv, mise à disposition d’un autocar climatisé et de bon confort selon le programme, service d’un guide professionnel francophone et arabophone durant tout le pèlerinage, pourboires pour les hôtels et les restaurants, ainsi que pour le guide accompagnateur et le chauffeur, hébergement en chambre à deux lits en hôtel *** ou **** (normes locales) ou en maison religieuse, pension complète du dîner du jour 1 au déjeuner du jour 8 comme indiqué dans le programme, taxi pour la montée et la descente au mont Thabor, réservation des lieux de culte et des communautés rencontrées, location d’audiophones pendant tout le séjour, droits d’entrée dans les sites et monuments et musées mentionnés au programme, croisière sur le lac de Tibériade, honoraires des prêtres, calculés selon le barème de la Conférence des évêques de France, assurance assistance et rapatriement BIPEL ASSISTANCE (Mutuaide Assistance – couverture COVID-19), assurance Travel Pack multirisque Gritchen, deux étiquettes bagages par personne.

Ce prix ne comprend pas le pré et post acheminement pour se rendre à l’aéroport de Paris CDG, offrandes pour les communautés rencontrées et les messes (quête), boissons (eau minérale, vin, soda…), dépenses à caractère personnel et tout ce qui n’est pas indiqué dans « Ce prix comprend ».

En option : chambre individuelle (supplément) : 390 €. Taxi pour la descente du mont des Oliviers (règlement sur place au chauffeur).

Ce voyage EPHETA est organisé avec le concours technique de BIPEL, agence de voyages agréée IM 035 1000 40. Le programme est soumis aux conditions générales de vente régissant les rapports entre les agences de voyages et leurs clients. Les prix indiqués ci-dessus ont été calculés pour un groupe de 25 personnes et selon les conditions économiques connues au moment de l’établissement des tarifs (taxes, taux des devises, coût du carburant, etc.) le 31 mai 2022 à l’ouverture des inscriptions. Les prestations terrestres étant réglées en dollar US, représentant environ 54 % du coût total des prestations, les prix ont été calculés sur la base : 1 € = 1,06 $. A 35 jours du départ, le prix peut être soumis à modification en fonction du nombre définitif de participants et des conditions économiques et sanitaires en vigueur. Le prix pourra alors être revu à la hausse ou à la baisse en fonction de ces éléments.

Paiement par carte bancaire

  • Séjour avec aller-retour PARIS – TEL AVIV : 1 930 € / personne
  • Réservation d’une chambre individuelle : 390 €

Autres modes de paiement par chèque, chèque-vacances ou virement (nous consulter)

Pèlerinage en Terre Sainte organisé avec le concours technique de BIPEL,
Agence de voyages agréée n° IM 035 1000 40.

Mis en avant

22° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 28 août 2022
22° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Prenez sur vous mon joug, dit le Seigneur ;
devenez mes disciples, car je suis doux et humble de cœur.
 (cf. Mt 11, 29ab)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Pour l’appel à rejoindre ton peuple (GP14-58-1). Ensemble vocal Résurgence © ADF Musique
(Voir les paroles)

Par rapport à la Parole de Dieu de ce dimanche, la question que nous pouvons nous poser serait celle-ci : nous parle-t-elle de sagesse « humaine » ou de sagesse « chrétienne » ?

« Il faut t’abaisser : tu trouveras grâce devant le Seigneur »
(Si 3, 17-18.20.28-29)

La première lecture, comme vous le savez, vient d’un des livres de Sagesse de la Bible, livres tardifs qui datent des derniers siècles avant Jésus-Christ. Fortement inspirés par la sagesse grecque, ils sont quand même écrits par des croyants juifs. Le livre de Ben Sira le Sage ou Siracide, appelé dans la traduction latine l’Ecclésiastique, a été écrit en hébreu vers 190 et traduit en grec vers 130. Il fait partie de la version grecque de la Bible, les Septante et il n’a pas été retenu dans la version hébraïque.

Ce qu’il enseigne à son fils c’est tout simplement une stratégie pleine de bon sens humain. Ben Sira, croyant, affirme alors que cette stratégie basée sur une apparente humilité, plaît à Dieu. Puis, le sage, toujours plein d’humanité, reprend : « la condition de l’orgueilleux est sans remède. » La véritable grandeur se révèle dans l’humilité de l’homme humblement ouvert à la sagesse.

Béni soit le Seigneur :
il élève les humbles.
 (cf. Lc 1, 52)
(Ps 67 (68), 4-5ac, 6-7ab, 10-11)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 67 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume nous fait davantage entrer dans la démarche de foi, car le psalmiste affirme que la gloire de Dieu s’est manifestée dans la façon dont il s’est mis au service des humbles, des petits, des exploités.

« Vous êtes venus vers la montagne de Sion et vers la ville du Dieu vivant »
(He 12, 18-19.22-24a)

La deuxième lecture nous fait encore avancer dans une démarche de foi. En effet, les auteurs de la lettre aux Hébreux sont saisis par le contraste entre les manifestations éclatantes de Dieu dans le Judaïsme et son humble révélation en Jésus. Ils font allusion à la manière dont Dieu se manifestait au Sinaï, manière qui non seulement provoquait le respect de Dieu et grandir dans la foi mais surtout la peur et la distance. Ils soulignent aussi tout ce qui sépare un culte célébré avec éclat du culte chrétien marqué par la simplicité.

« Quiconque s’élève sera abaissé, qui s’abaisse sera élevé »
(Lc 14, 1.7-14)

L’évangile de Luc de ce jour est intéressant mais semble présenter une certaine ambigüité. En effet, dans le contexte d’un repas, Jésus remarquant la conduite des invités, s’en saisit pour leur donner un enseignement. Mais cet enseignement, tout comme celui de Ben Sira à son fils, semble tout simplement une maxime ou une sentence de bon sens humain : si tu ne veux pas être remis à ta place, évite de trop te montrer et de trop en faire ! Joue donc la discrétion et l’humilité, tu y gagneras des honneurs ! « En effet quiconque s’élève sera abaissé ; et qui s’abaisse sera élevé. » Mais lorsque Jésus d’adresse à celui qui l’a invité, l’enseignement s’approfondit. Dans tes rapports humains ne cherche pas l’intérêt et le profit, mais fais-le tout simplement et gratuitement pour les autres. Car, le Royaume de Dieu ne peut être que méconnu par ceux qui entendent se conférer eux-mêmes leur propre gloire. Il est ouvert à tous ceux qui vivent dans un esprit de gratuité.

Rien ne peut séparer autant de Dieu que la prétention par laquelle l’homme essaye de se rendre gloire à lui-même. Elle l’enferme dans ses limites et, en même temps, elle peut le conduire à écraser les autres. Mais surtout elle est en totale contradiction avec la manière de se comporter de Dieu dont la gloire est d’aimer. Le Seigneur révèle sa gloire, c’est-à-dire l’amour, en s’effaçant. C’est dans sa discrétion même que nous pouvons le mieux découvrir sa vraie grandeur. Et c’est à son image que nous avons été créés !

Et c’est bien cela que nous a manifesté Jésus, se faisant serviteur des hommes, se laissant crucifier. Et c’est cela que nous sommes appelés à découvrir, ou redécouvrir, chaque fois que nous célébrons l’eucharistie. Car l’eucharistie est une réalité où la gloire de Dieu se révèle dans son amour et son humilité.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Aujourd’hui, nous chantons Marie, en lui demandant de chercher avec elle dans nos vies les pas de Dieu et d’accueillir par elle les dons de Dieu.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Chercher avec toi Marie (V282). Sancta Maria Choir © Studio SM
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

21° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 21 août 2022
21° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Moi, je suis le Chemin, la Vérité et la Vie, dit le Seigneur ;
personne ne va vers le Père sans passer par moi.
 (Jn 14, 6)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Jubilez, criez de joie (Y68-11). Ensemble vocal Resurrexit © Bayard Musique
(Voir les paroles)

Vous avez sûrement remarqué dans l’évangile la question posée par quelqu’un à Jésus : « Seigneur, n’y a-t-il que peu de gens qui soient sauvés ? »

Je ne sais pas quel souvenir vous gardez, les uns et les autres, de l’éducation chrétienne que vous avez reçue. Pour les gens de ma génération, ou d’avant, peut-être nous rappelons-nous d’une prédication ou d’une catéchèse sévère, nous menaçant de ne pas être sauvés si nous ne nous comportions pas selon la morale observée et prônée par l’Eglise. Ainsi, j’ai connu un jeune garçon, plus sensible et impressionnable que moi, qui avait dû être soigné car il avait été rendu malade et insomniaque à cause de la crainte de l’enfer. Peut-être était-ce un cas particulier… ? Mais dans le passé et à certaines époques, ce sont des populations entières qui ont vécu une religion de la peur de Dieu, comme l’ont révélé plusieurs études historiques.

Aujourd’hui la tendance se serait plutôt inversée. C’est à la découverte d’un Dieu d’amour et à la foi en ce Dieu que nous sommes invités. Il y a six ans, à l’initiative de notre pape François, nous avons célébré l’année sainte de la Miséricorde. Et nous sommes toujours invités à célébrer la grande Miséricorde de Dieu.

Mais célébrer la Miséricorde s’accompagne d’exigences. En effet, aimer comporte toujours des exigences. Un Dieu complètement gâteau ou même gâteux, qui serait non seulement tolérant mais totalement indifférent à ce que vivent ses enfants, n’est pas le Dieu Père plein d’amour, révélé par Jésus. Et la route qui mène vers Dieu n’est pas un boulevard bien ombragé et aménagé avec quantité de bancs pour se reposer, faire la sieste et se laisser vivre ! Il semblerait, en effet, que certains pensent :
 » Pourquoi se démener et faire des efforts : Dieu n’a qu’à nous accueillir !  » 

Il ne suffit pas de remarquer la question posée à Jésus. Encore faut-il bien accueillir sa réponse : « Efforcez-vous d’entrer par la porte étroite, car, je vous le déclare, beaucoup chercheront à entrer et n’y parviendrons pas. »

« De toutes les nations, ils ramèneront tous vos frères »
(Is 66, 18-21)

Que nous disent donc les lectures de la Parole de Dieu ? La première nous raconte que, revenus d’exil, les Juifs se heurtent à une réalité quotidienne décevante et que, très vite, l’enthousiasme du retour est retombé. Alors c’est l’apathie et le laisser aller. Un prophète, qui se situe dans la suite d’Isaïe, essaye de redonner du courage à son peuple en lui rappelant que son destin est celui d’un avenir glorieux et que Jérusalem deviendra la ville où tous les hommes viendront pour rencontrer Dieu et y célébrer une fête universelle.

Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile.
(Cf. Mc 16, 15)
(Ps 116 (117), 1, 2)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 116 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume ne fait que rappeler que tous les peuples de la terre sont invités à se joindre pour louer Dieu.

« Quand Dieu aime quelqu’un, il lui donne de bonnes leçons »
(He 12, 5-7.11-13)

La lettre aux Hébreux, après avoir évoqué la longue marche des croyants vers la cité de Dieu, demande aux chrétiens de faire, eux aussi, preuve de détermination. La route qui mène vers Dieu n’est pas toujours aisée  et le risque de se décourager existe. Il importe donc de bien comprendre que les épreuves de la vie sont à prendre comme un appel du Seigneur à nous convertir et à corriger les faiblesses et les défauts qui nous freinent et ralentissent dans notre marche vers Dieu.

« On viendra de l’orient et de l’occident prendre place au festin
dans le royaume de Dieu »
(Lc 13, 22-30)

Dans l’évangile, Luc regroupe trois paroles de Jésus au sujet de l’accès au Royaume. A ceux qui s’inquiètent du nombre des sauvés, Jésus répond en les renvoyant à leur responsabilité. Il souligne aussi qu’il est urgent de répondre à l’appel de Dieu. Puis il met encore en garde ceux qui prétendent avoir acquis le droit au Royaume et qui jugent que d’autres en sont exclus.

Aimer n’est pas un acquis définitif mais demande sans cesse à être vécu, actualisé et même rajeuni. Ainsi en est-il aussi pour Dieu. Je terminerai avec quelques mots du curé d’Ars dont la fête est le 4 août : « il y en a qui viennent à l’église et qui ont l’air de dire au bon Dieu : « Je m’en vais vous dire deux mots pour me débarrasser de vous. » Ne soyons pas de ceux là.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Nous vous invitons à chanter la Vierge sainte que :
Dieu a choisie,
et à apprendre d’elle comment rendre gloire au Père très bon,
à son Fils ressuscité,
au Saint-Esprit qui vit en nos cœurs.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Vierge sainte, Dieu t’a choisie (V136). Isabelle Gaboriau © Bayard Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

Assomption

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie
Lundi 15 août 2022
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie

(Saint-Bertrand de Comminges)

Pour entendre l’appel à la messe, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Cloches de l’Abbaye de Sylvanes © Studio SM

Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ;
exultez dans le ciel, tous les anges !

Pour écouter le chant d’entrée, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Couronnée d’étoiles (V44-58). Chorale Music et Mission © ADF Musique
(Voir les paroles)

« Une Femme, ayant le soleil pour manteau et la lune sous les pieds »
(Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Debout, à la droite du Seigneur, se tient la reine, toute parée d’or.
(Ps 44)

Pour écouter la psalmodie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 44. Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

« En premier, le Christ ; ensuite, ceux qui lui appartiennent »
(1 Co 15, 20-27a)

La lecture de la lettre de Paul nous permet de mieux entrer dans la révélation de l’histoire du salut : en contrepoint avec Adam, le Christ, le premier ressuscité, entraîne tous les hommes à sa suite, et puisque tous revivront, et chacun à son rang, Marie, comme l’a dit le psaume, doit avoir une place particulière… dans la gloire de son Fils.

« Le Puissant fit pour moi des merveilles : il élève les humbles »
(Lc 1, 39-56)

Pour écouter la proclamation chantée de l’Evangile, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Alléluia et chant de l’Evangile. Ensemble Arpège © Studio SM

L’évangile est celui de la visitation de Marie à Elisabeth. Peut-être aujourd’hui pourrions en faire la lecture suivante : Marie, toujours disponible à la parole de son Seigneur, est aussi toujours disponible à ses frères. Elle est toujours là où il faut et quand il faut. Contemplons-la dans sa vie.

A Nazareth, elle reçoit la visite de l’archange Gabriel et elle croit à sa parole. Et la voilà qui part à la rencontre de sa cousine qui a sûrement besoin d’elle. Elle va d’un pas rapide, car la distance est longue de Nazareth à la montagne de Judée, mais aussi pour partager sa joie. C’est alors la rencontre de deux femmes de foi qui disent leur bonheur d’être mères et qui expriment leur joie en chantant les merveilles que fit le Seigneur.

Quelques mois plus tard, Marie refait avec Joseph le déplacement de Nazareth jusqu’en Judée, à Bethléem, et c’est la naissance de Jésus.

Au temple à Jérusalem, elle va présenter son bébé comme le veut la loi. Au temple encore, mais des années plus tard, elle va chercher son enfant sans trop arriver à le comprendre.

Puis à Cana, en Galilée, lors d’une noce, elle force la main à son fils qui va, à l’invitation de sa mère, faire le signe inaugural de sa mission.

Au pied de la croix, elle est là à souffrir en voyant son fils au supplice et devient la mère donnée à Jean et à tous les humains. Puis c’est sur ses genoux que le corps de Jésus a reposé.

Au Cénacle, avec les apôtres et d’autres femmes, elle a prié, savourant dans la foi la joie de la résurrection de son Fils, attendant le don de l’Esprit pour que naisse l’Eglise.

Et aujourd’hui elle est dans la gloire de son Fils, « ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. »

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Nous vous invitons à chanter le Magnificat avec la Vierge Marie,
à entrer dans sa louange,
à apprendre d’elle comment rendre grâce.

Pour chanter avec Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Le Seigneur fit pour moi des merveilles. Magnificat (VX52). Ensemble vocal Capella Sylvanensis © Studio SM
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


Une fois par semaine, Epheta vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

18° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 31 juillet 2022
18° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Heureux les pauvres de cœur,
car le royaume des Cieux est à eux !
 (Mt 5, 3)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Un homme au cœur de feu (T170-1) : Ensemble vocal Antidote © ADF Musique
(Voir les paroles)

La parole de Dieu d’aujourd’hui fait bien suite à celle de dimanche dernier. Avant de dire que Dieu ne fait pas son travail ou qu’il ne répond pas à nos prières, nous étions invités à regarder d’abord la qualité de nos demandes. L’évangile de ce jour raconte que Jésus, reconnu par tout le monde pour son sens de la justice, est sollicité pour arbitrer une affaire d’héritage, pour juger une affaire d’intérêts. Il refuse car il n’a pas à s’occuper de cela. Oui, par son refus et la petite parabole qui suit, il exprime combien le Royaume de Dieu qu’il annonce et qu’il veut établir, transcende les problèmes économiques et que la richesse matérielle ne saurait être source de la vraie vie. La seule vraie richesse est celle d’une vie orientée vers l’amour et le partage.

La question qui nous était posée dimanche dernier était : quels sont nos vrais besoins ? Ce dimanche la question est celle-ci : quelles sont les vraies richesses ?

La Parole de Dieu fait remarquer que la recherche de biens et leur possession ne font, en réalité, que masquer notre fragilité et nous détournent, ou même nous empêchent, de rechercher le seul bien vraiment durable : l’amour. C’est l’amour qui crée en nous une réalité spirituelle éternelle. Jésus nous rappelle les deux commandements qui nous font vivre : « Aimer Dieu et aimer son prochain comme soi-même » ou même : « aimer comme je vous ai aimés. »  Entre vraies et fausses richesses, il faut choisir.

« Que reste-t-il à l’homme de toute sa peine ? »
(Qo 1, 2 ; 2, 21-23)

Reprenons les lectures qui précèdent l’évangile. La première est un passage du livre de l’Ecclésiaste, d’après le grec, ou selon l’hébreu de Qohèleth, qui veut dire : celui qui parle dans l’assemblée. Cet écrit de sagesse, du III° siècle (av. J.C.), exprime les sentiments d’un homme désabusé par la poursuite de la richesse et du pouvoir. Il dénonce les illusions qui ont pu sous-tendre les actions d’un peuple assoiffé de vie, mais qui a cherché cette vie dans une réussite toute terrestre. En posant la question du sens de l’existence, il prépare un rebondissement de la quête de bonheur dans une direction plus spirituelle.

D’âge en âge, Seigneur, tu as été notre refuge. 
(Cf. Ps 89, 1)
(Ps 89 (90), 3-4, 5-6, 12-13, 14.17abc)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 89 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

L’auteur du psaume exprime déjà bien avant l’Ecclésiaste, la conscience de la fragilité de l’être humain. Car face à Dieu, l’homme est une simple créature et un être mortel… avec ces deux versets qui n’ont pas été retenus aujourd’hui mais que je me permets de citer : « Le nombre de nos années, soixante dix, quatre vingt pour les plus vigoureux ! » Que Dieu donne à l’homme sa sagesse, pour qu’il puisse enfin vivre simplement dans la vraie joie.

« Recherchez les réalités d’en haut ; c’est là qu’est le Christ »
(Col 3, 1-5.9-11)

Dans l’épitre aux Colossiens, Saint Paul dit les mêmes choses avec des mots très clairs : les vraies richesses, ce sont « les réalités d’en haut : c’est là qu’est le Christ… » Et il le redit : « Pensez aux réalités d’en haut, non à celles de la terre. » Il énumère alors ce qu’il faut abandonner de « ce qui n’appartient qu’à la terre. » et cette énumération est sévère ! Peut-être trouvons-nous Paul un peu trop pessimiste sur la bonté de l’homme et sur ses capacités à faire le bien. Il n’en demeure pas moins que nous sommes invités à renoncer à notre monde pour avancer vers le Royaume de Dieu, qui est un monde nouveau où tout est orienté vers l’amour de Dieu et des frères. C’est cela qui permet l’accès à la plénitude de la vie, une vie qui se traduit par une fraternité universelle, car « il y a le Christ : il est tout et en tous. »

« Ce que tu auras accumulé, qui l’aura ? »
(Lc 12, 13-21)

L’évangile souligne combien la possession de biens est primordiale et comment elle peut créer conflits et ruptures même au cœur des familles. Jésus dans une petite parabole réaffirme que ce n’est pas dans les biens et les richesses qu’il faut placer sa confiance.

Vivons ce matin l’eucharistie comme une invitation à nous ouvrir à la seule vraie richesse. Elle nous permet de participer au mouvement d’amour de Jésus qui se donne et donne sa vie en partage et elle nous ouvre à la vraie vie. L’eucharistie est une richesse dont aucun faste extérieur ne pourra jamais faire découvrir la véritable nature.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office. Aujourd’hui, chantons Marie, sainte Mère du Rédempteur

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Alma Redemptoris Mater (DP). Maîtrise de la cathédrale de Strasbourg © Studio SM
(Voir les paroles en latin / français)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

17° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 24 juillet 2022
17° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Vous avez reçu un Esprit qui fait de vous des fils ;
c’est en lui que nous crions « Abba », Père.
(Rm 8, 15bc)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Jésus-Christ, parole de Dieu (A54-22). Ensemble vocal Resurrexit © ADF Musique
(Voir les paroles)

S’agissant des grands événements du monde tout comme s’agissant des soucis ou des ennuis de la vie personnelle et quotidienne, beaucoup sont celles et ceux qui pensent que Dieu ne fait pas son travail. Pourquoi donc permet-il certaines catastrophes naturelles ou certaines grandes tragédies, dont les responsables ou les acteurs sont la plupart du temps des êtres humains ? Et lorsqu’il s’agit des difficultés de nos vies, pourquoi donc n’a-t-il pas répondu à mes prières et exaucé toutes mes demandes.

Je ne me permets de juger celles et ceux qui pensent ainsi. Mais je me pose plusieurs questions : Quel sens de Dieu ont-ils ? Qui donc est Dieu pour elles et pour eux ? Qu’en est-il de la dignité de l’être humain et de sa liberté ? Que sont donc leurs prières… et nos prières ? Qu’attendent-ils de Lui… et nous qu’attendons-nous de Lui ?

Aujourd’hui, dans l’évangile, Jésus nous invite à prier Dieu sans cesse et à lui présenter nos demandes, sûrs qu’il répondra à notre demande confiante. Pourtant beaucoup se demandent si Dieu entend nos demandes ? Ils auraient, disent-ils, bien de raisons d’en douter !

Mais la vraie question ne serait-elle pas : que sont donc nos prières ? En effet, très souvent nous supplions Dieu d’écarter de nous la peine et la souffrance, ou tout simplement les petites et multiples contrariétés de la vie quotidienne. Croyons-nous que sa toute-puissance devrait satisfaire nos désirs les plus humains et les plus immédiats ?

Peut-être serait-il bon qu’avant de prier Dieu, nous commencions par écouter ce qu’il nous dit de nos vrais besoins ? Car c’est ainsi que se termine l’évangile : « … combien plus le Père du ciel donnera-t-il l’Esprit Saint à ceux qui le lui demandent ! »

« Que mon Seigneur ne se mette pas en colère si j’ose parler encore »
(Gn 18, 20-32)

Le jour où je t’appelle, réponds-moi, Seigneur. 
(cf. Ps 137, 3)
(Ps 137 (138), 1-2a, 2bc-3, 6-7ab, 7c-8)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 137 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume, lui, est une louange à Dieu qui écoute son serviteur. Il prête attention à la prière des humbles et il les délivre.

« Dieu vous a donné la vie avec le Christ, il nous a pardonné toutes nos fautes »
(Col 2, 12-14)

Dans le très court passage de la lettre aux Colossiens, Saint Paul rappelle que Jésus est mort pour nous et a manifesté la plénitude de la miséricorde. Dieu nous a donné la vie avec le Christ, pardonnés de tout péché et sauvés par lui. Tel est le bienfait auquel Dieu désire faire participer tous les hommes.

« Demandez, on vous donnera »
(Lc 11, 1-13)

L’évangile nous dit que Jésus « était en prière ». C’est quand il eut terminé que ses disciples lui demandent de leur apprendre à prier. Jésus leur donne alors le « Notre Père », qu’il prolonge d’une parabole invitant à prier avec insistance. Mais attention ! La prière, selon Jésus, correspond totalement au désir d’un Dieu Père qui veut notre véritable bien. Elle est en même temps l’humble remise de nos vies entre les mains du Seigneur. Elle est aussi l’appel à une grâce miséricordieuse, le pardon, dont nous devons nous-mêmes témoigner auprès des autres. Aussi une telle prière, faite avec foi et insistance, ne peut qu’être exaucée, car le Père veut nous donner l’Esprit Saint. Il envoie l’Esprit Saint, l’Esprit d’amour, pour qu’il nous fasse vivre, pour qu’il habite en nous et pour que nous devenions temples de l’Esprit Saint et enfants de Dieu. C’est dans les mêmes dispositions que nous accueillons Jésus dans la communion.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office. Aujourd’hui, la profondeur des paroles du chant « Ô Marie, ma douce mère », composé par sainte Faustine, nous invite à suivre les pas de la Vierge Immaculée vers la sainteté :

Ô Marie, ma douce mère, Vierge Immaculée,
Ta beauté a charmé le trois fois Saint,
Dieu tout-puissant par toi devint homme,
Par miséricorde pour nous.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ô Marie, ma douce mère. Hélène Goussebayle et Damien Le Mauff © Béatitudes Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

16° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 17 juillet 2022
16° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Heureux ceux qui ont entendu la Parole dans un cœur bon et généreux,
qui la retiennent et portent du fruit par leur persévérance.

(cf. Lc 8, 15)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Tournez les yeux vers le Seigneur (A243). Ensemble vocal Resurrexit © ADF Musique
(Voir les paroles)

Il y a plusieurs manières de pratiquer sa religion. Après avoir entendu l’évangile du jour, sans donner une liste exhaustive des façons d’être croyant, il me semble qu’on peut en retenir deux qui sont fort différentes. L’une, c’est d’être en règle avec les préceptes de sa religion, et si possible dans les moindres détails. L’autre, c’est d’être en attitude de recherche et d’accueil de Dieu. C’est sur cette dernière que la Parole de Dieu d’aujourd’hui nous invite à méditer. En effet la question qu’elle nous pose est celle-ci : « Quel accueil le Seigneur attend-il de nous ? » Et nous savons que nous devons nous la poser sans oublier que l’amour de Dieu ne se sépare jamais de l’amour des autres.

Si nous n’oublions pas cela, la question se fait alors plus précise. Elle devient : « Comment accueillir Dieu ? Comment accueillir les autres, mes frères ? »

Il peut y avoir, en effet, un accueil parfait selon les apparences, mais qui peut maintenir les distances et empêcher la communication. Rien ne manque apparemment, sauf l’essentiel : la présence du cœur. Ainsi, en matière religieuse, on peut avoir une pratique irréprochable. On sert Dieu, tel le maître. Mais le rencontre-t-on vraiment ? Peut-être même, le fuit-on ? Pourtant sans cesse, Dieu frappe à notre porte et nous demande de le recevoir. Mais savons-nous lui ouvrir vraiment notre cœur ? Telle est pourtant la condition de la vraie vie spirituelle, la condition de la vie du chrétien qui est d’être nourrie d’un échange d’amour.

« Mon seigneur, ne passe pas sans t’arrêter près de ton serviteur »
(Gn 18, 1-10a)

Seigneur, qui séjournera sous ta tente ? 
(Ps 14, 1a)
(Ps 14 (15), 2-3a, 3bc-4ab, 4d-5)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 14 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psalmiste, à sa manière, veut honorer cette tradition et cela avec des exigences très concrètes ; telles que tenir sa langue ou ne pas faire du tort à son frère… Pour lui, celui qui ne pratiquerait pas justice et charité à l’égard de ses frères, ne pourrait ni aller et ni entrer dans la tente, dans la maison de Dieu pour l’y rencontrer.

« Le mystère qui était caché depuis toujours mais qui maintenant a été manifesté »
(Col 1, 24-28)

Dans le passage de la lettre aux Colossiens, Paul ne parlerait-t-il que de lui ? Dieu lui a confié la mission d’être son porte-parole. Il est donc chargé d’en faire connaître le mystère, c’est-à-dire la manifestation de son amour à tous les peuples. Et c’est par et dans le Christ présent au milieu d’eux que cela se réalise. C’est ce que Paul se doit d’annoncer pour amener les hommes à la perfection dans le Christ.

« Marthe le reçut. Marie a choisi la meilleure part »
(Lc 10, 38-42)

Reprenons l’évangile d’aujourd’hui. En l’écoutant peut-être avons-nous quelque mal à comprendre la louange que Jésus adresse à Marie et la remarque qu’il fait à Marthe. Il est vrai que chaque fois qu’il est fait mention dans les évangiles de cette famille amie de Jésus, Marthe apparaît comme la maitresse de maison et même la patronne. « En ce temps-là, Jésus entra dans un village. Une femme nommée Marthe le reçut. » Marthe, personnage principal. Aussi n’est-il pas étonnant qu’elle soit celle qui se mette effectivement au service de son hôte Jésus.

Mais, nous dit l’évangile, la qualité de l’accueil ne se juge pas d’abord au service matériel. Elle se traduit vraiment par la disponibilité du cœur. C’est bien cela que Jésus apprécie. Nous le savons, pendant toute sa vie publique, son souci fondamental est l’annonce et la transmission de la Bonne Nouvelle. Et Marie « s’étant assise aux pieds de Jésus, écoutait sa parole. » C’est elle qui se rend ainsi totalement présente au Christ, alors que sa sœur étant « accaparée par les multiples occupations du service » ne l’écoutait pas vraiment.

Vivons l’eucharistie comme un appel du Seigneur à le laisser entrer chez nous. En recevant le Christ par la communion, lui ouvrons-nous vraiment la porte de notre cœur ? Nous rendons-nous profondément disponible à sa parole ?

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Aujourd’hui, nous chantons notre Dame, Toi, notre Mère, nous te prions !

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Toi, Notre Dame (V153). Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

15° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 10 juillet 2022
15° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie ;
tu as les paroles de la vie éternelle.
(cf. Jn 6, 63c.68c)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acclamez le Seigneur, vous qui marchez sur ses pas (Y69-72). Chœur Notre-Dame de Bordeaux © 2018
(Voir les paroles)

Nous venons d’entendre proclamer un évangile connu : celui du Bon Samaritain. Je suis allé voir dans le dictionnaire, le petit Larousse, et on y trouve le mot « Samaritain ». Si dans les noms propres il est fait mention des habitants de Samarie et comme tel du Bon Samaritain, dans les noms communs il désigne une « personne secourable », présentée comme un « modèle de la véritable charité ». En suisse le mot est utilisé pour nommer les secouristes.

Mais accueillons la Parole de Dieu. Ce n’est pas parce que nous connaissons ou croyons connaître tel passage de la Bible, que nous ne devons pas l’accueillir comme Dieu qui nous parle aujourd’hui et donc comme toujours nouveau. Il est aussi important de bien saisir le lien entre l’évangile et les lectures qui le précèdent. Car elles ont été choisies pour nous aider à mieux le comprendre.

« Elle est tout près de toi, cette Parole, afin que tu la mettes en pratique »
(Dt 30, 10-14)

Les préceptes du Seigneur sont droits, ils réjouissent le cœur ! 
(Ps 18b, 9ab)
(Ps 18b (19), 8, 9, 10, 11)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 18b (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume est la prière d’un croyant qui, non seulement prend au sérieux la Loi de Dieu mais qui l’apprécie et sait en voir tous les bienfaits. Sa prière est la louange adressée au Seigneur pour la Loi parfaite qu’il a donné à son peuple.

« Tout est créé par lui et pour lui »
(Col 1, 15-20)

Dans plusieurs de ses lettres, Paul s’élève contre la Loi telle qu’elle est comprise et pratiquée par le Judaïsme. Dans le passage de l’épître aux Colossiens lu aujourd’hui, Paul exprime ce qu’est le dynamisme chrétien : il consiste à se laisser saisir dans l’immense courant de vie qui, dès les origines du monde, reflète Dieu. Ce courant se manifeste pleinement en la personne de Jésus-Christ. Celui-ci, la Tête du Corps, conduit toute la procession dans laquelle se trouve entraînée l’humanité sauvée. Ainsi, sous forme d’une vision du devenir de l’univers, Paul exprime la découverte qu’il a faite de l’appel à vivre de l’amour de Dieu dans la « paix pour tous les êtres sur la terre et dans le ciel. »

« Qui est mon prochain ? »
(Lc 10, 25-37)

En commençant le récit de la « montée à Jérusalem », Luc souligne d’abord la volonté de Jésus qui prend Dans l’évangile, avec la parabole du Bon Samaritain, Jésus reprend de manière simple et compréhensible que la seule loi de la vie est l’amour. Un amour des autres qui ne se sépare jamais de l’amour de Dieu. Obsédés par le souci d’une ordonnance qui interdisait de se souiller au contact du sang, avant un sacrifice, un prêtre et un lévite, oublient l’essentiel de la Loi et se détournent de l’homme abandonné par les brigands. La loi d’amour est tuée par le légalisme. Un Samaritain – les juifs considéraient les Samaritains comme des « sans Loi » – répond spontanément et sans calcul à l’exigence « d’aimer son prochain comme soi-même. » Le docteur de la Loi avait pourtant essayé de mettre Jésus dans l’embarras avec la question : « Qui est mon prochain ? » Au docteur de la Loi, comme à nous aussi, Jésus dit que la vraie question n’est pas de savoir qui est mon prochain ou mes prochains et d’établir ainsi une liste définitive et close pour mettre des limites à ma charité, mais « De qui dois-je être le prochain ? » Oui, la vraie question, qui peut se poser chaque jour serait :« Aujourd’hui qui a besoin de moi, qui a besoin que je lui sois proche ? »

En célébrant l’eucharistie, rappelons-nous que Jésus ne cesse de se donner et qu’il est lui-même notre « Bon Samaritain » ; se faisant le prochain, le frère et le sauveur de tous.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Nous vous invitons à chanter la Vierge sainte que Dieu a choisie,
et à apprendre d’elle comment rendre gloire au Père très bon,
à son Fils ressuscité,
au Saint-Esprit qui vit en nos cœurs.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Vierge sainte, Dieu t’a choisie (V136). Isabelle Gaboriau © Bayard Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

14° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 3 juillet 2022
14° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

 En ce temps-là, parmi les disciples, le Seigneur en désigna encore 72,
et il les envoya deux par deux, en avant de lui,
en toute ville et localité.
(Lc 10, 1)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Acclamez le Seigneur, vous qui marchez sur ses pas (Y69-72). Chœur Notre-Dame de Bordeaux © 2018
(Voir les paroles)

C’est depuis près de 2000 ans que l’Eglise existe. Certes elle a vécu des époques diverses, les unes heureuses et bénéfiques, capable de vivre dans la paix et l’unité, les autres difficiles et sombres, incapable d’éviter les divisions et les séparations. Mais malgré cela, elle a toujours voulu, selon le commandement du Seigneur, vivre en état de mission.

Mais comment vivre la mission, comment être missionnaire ? D’après la parole de Dieu de ce dimanche, la Bonne Nouvelle et son message de joie devrait être propagé par des gens libérés de toutes leurs vieilles attaches. Cela veut dire aussi que la véritable gloire de Dieu ne saurait être propagée par aucune publicité ni par aucun conditionnement. Nous cherchons toujours et nous aimerions bien trouver les moyens de « faire passer », avec une certitude de succès, l’Evangile auquel nous tenons. Mais si nous devenons les missionnaires que Jésus demande et les témoins qu’il attend, ayons confiance : sa lumière, la lumière du ressuscité brillera sur le monde.

« Voici que je dirige vers elle la paix comme un fleuve »
(Is 66, 10-14c)

Terre entière, acclame Dieu, chante le Seigneur ! 
(cf. Ps 65, 1)
(Ps 65 (66), 1-3a, 4-5, 6-7a, 16.20)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 65 (AELF). Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

Le psalmiste, à son tour, évoque l’action et les merveilles de Dieu pour son peuple. Après lui avoir donné la terre promise, il l’a certes éprouvé par l’exil. Mais le peuple, maintenant purifié par et après cette épreuve, peut lui rendre grâce.

« Je porte dans mon corps les marques des souffrances de Jésus »
(Ga 6, 14-18)

Dans ses épitres, Paul parle souvent de lui, comme aujourd’hui dans celle aux Galates. Paul a définitivement renoncé à toutes les pratiques, dont la soumission aux ordonnances de la Loi et la circoncision, par lesquelles il espérait autrefois garantir son salut. Cela a supposé de sa part une mutation radicale dans laquelle il voit une façon de participer au Christ et à sa mort. Il vit maintenant une existence nouvelle, jusqu’alors inconnue. Il peut alors supporter les persécutions sans être troublé, car il se situe désormais dans un autre univers que celui de ses ennemis. Remarquons comment, par son témoignage, Paul propose bien autre chose que ce qu’attendent ses correspondants.  

« Votre paix ira reposer sur lui »
(Lc 10, 1-12.17-20)

Voici l’évangile. Sur sa route en avant de lui, Jésus envoie deux par deux, soixante-douze disciples en mission : il les envoie appeler les hommes à la paix, à la fraternité et à la joie. Mais cette mission, leur dit-il, doit se dérouler sans l’appui de moyens humains car ils doivent être « comme des agneaux au milieu des loups » et ils ne doivent ni s’encombrer de matériel ni perdre de temps. Cette mission exige la totale liberté de ceux qui la conduisent. La Paix, objet de la mission, demande à être accueillie. Et cela doit provoquer les hommes, les obligeant à prendre parti ; et par là à se juger eux-mêmes. Car la mission est un appel à la liberté. Elle appelle des femmes et des hommes libres à choisir Jésus-Christ. Elle appelle des femmes et des hommes libres à accueillir l’Esprit Saint et avec Jésus à se tourner vers le Père pour devenir ses enfants.

Comment les disciples ont-ils vécu la mission ? Ils ont obéi en ce qui concerne les moyens, mais ils ne peuvent s’empêcher d’être fiers et même orgueilleux du pouvoir qui fut le leur. Jésus leur rappelle que la seule chose qui peut faire en vérité la joie et la fierté de l’homme, c’est d’être aimé de Dieu, être proche de Lui et, libéré de tout souci de succès, de rayonner de la vie même de Dieu. Cette recommandation s’adresse aussi à nous aujourd’hui.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Pour invoquer Marie qui nous conduit sur le chemin, le chant « Regarde l’étoile » s’inspire d’une homélie de saint Bernard dans laquelle il présente Marie comme « la noble étoile dont les rayons illuminent le monde entier, dont la splendeur brille dans les cieux et pénètre les enfers ». S’adressant à ses auditeurs, il compare leur existence à une traversée de la mer, souvent houleuse, et pour laquelle, s’ils veulent arriver à bon port, ils doivent garder le regard fixé sur Marie, l’étoile qui donne le cap. Les couplets évoquent les difficultés et tentations de la vie et le refrain invite à se confier à Marie :  » Regarde l’étoile, invoque Marie… « . 

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Regarde l’étoile (V74-14). Les Padrés © Diocèse aux Armées Françaises
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

13° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 26 juin 2022
13° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ;
Tu as les paroles de la vie éternelle.
(cf. 1 S 3,9 ; Jn 6, 68c)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ecoute, ton Dieu t’appelle : « viens suis-moi » (NE). Choeur dans la ville © A revoir sur YouTube
(Voir les paroles)

Quelle idée nous faisons-nous de notre foi chrétienne et de notre pratique religieuse ? Que sont-elles pour nous ?  Un lieu de liberté et d’épanouissement ou un lot de devoirs et d’obligations ? Pour vivre de l’Evangile, cela nous plait bien de nous rappeler ces paroles de Jésus : « Je suis doux et humble de cœur… Oui mon joug est facile à porter et mon fardeau léger ». Mais pour suivre Jésus et aller vers Dieu notre Père, la parole de Dieu d’aujourd’hui nous parle d’une démarche qui semble plus exigeante.

« Élisée se leva et partit à la suite d’Élie »
(1 R 19, 16b.19-21)

 Dieu, mon bonheur et ma joie ! 
(cf. Ps 15, 2.11)
(Ps 15 (16), 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 15 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume nous apparaît plus compréhensible et acceptable : le psalmiste a choisi de consacrer sa vie à Dieu, « son héritage ». Ce choix lui donne de vivre pleinement. Il peut se diriger avec certitude vers un avenir de joie et de bonheur. Et de fait, nous connaissons tous des femmes et des hommes qui se donnent à Dieu et engagent leur vie à son service et à celui de leurs frères, et cela totalement. Pensons à tous ces jeunes hommes qui sont ordonnés prêtres aujourd’hui et prions pour eux.

« Vous avez été appelés à la liberté »
(Ga 5, 1.13-18)

Le passage de l’épitre de Paul aux Galates nous permet d’approfondir notre méditation et notre réflexion. Parmi ces nouveaux chrétiens que sont les Galates, certains sont soumis à des formes de vie religieuse qui les enchainent et les rendent esclaves et les enferment dans une angoisse dont aucune pratique ne paraît jamais suffisante pour les libérer. Il faut comprendre que beaucoup d’entre eux venaient du judaïsme où l’obéissance à la Loi dans tous ses détails s’imposait. Après avoir dénoncé ces pratiques aux Galates, Paul invite ceux-ci à accéder à la véritable liberté. Celle-ci s’oppose à la chair, car elle est destruction des tendances égoïstes tout humaines. Car le mot de chair désigne toute l’humanité de chacun. Le chrétien est invité à se libérer du péché mais aussi de tout ce qui l’enferme sur lui-même. La liberté du chrétien permet l’amour de Dieu et des autres et elle n’a plus rien à voir avec la contrainte de la Loi. Elle est le fruit du don de l’Esprit de Dieu.

« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem »
« Je te suivrai partout où tu iras »
(Lc 9, 51-62)

En commençant le récit de la « montée à Jérusalem », Luc souligne d’abord la volonté de Jésus qui prend la route « le visage déterminé » mais aussi sa signification pour Jésus : celui-ci se dirige vers le lieu où il doit être « enlevé au ciel », enlevé de ce monde, et cela par la passion, par sa mort et sa résurrection.

Ses compagnons les apôtres n’en sont pas encore là et sont prêts à tout faire pour que cela n’arrive pas. Par rapport aux samaritains qui refusent de recevoir Jésus et ses amis, leur mentalité reste encore marquée par un esprit de revanche totalement étranger à Jésus. Lui prend donc la route avec courage, prêt à vivre par amour le don de sa vie. Il est entièrement tourné vers un univers nouveau où règne l’amour. A ceux qui veulent le suivre, il demande de se rendre libres et pour cela de tout quitter, de rompre radicalement avec leur monde, et de se préparer ainsi à faire part du royaume de Dieu dont la seule loi est l’amour.

Nous voici, en ce dimanche, nous aussi invités à vivre la vraie liberté. Mais cela ne saurait être le résultat d’un événement tout extérieur, permettant soudain à chacun d’échapper à ses pesanteurs. Cela ne peut survenir qu’au terme d’un long cheminement intérieur donnant à celui qui le vit de se défaire de tout ce qui l’attache à lui-même. L’eucharistie peut nous y aider car elle est signe de la vraie vie, d’une vie qui ne peut jaillir que du don de soi à Dieu et aux autres.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office. Aujourd’hui, la profondeur des paroles du chant « Ô Marie, ma douce mère », composé par sainte Faustine, nous invite à suivre les pas de la Vierge Immaculée vers la sainteté :

Ô Marie, ma douce mère, Vierge Immaculée,
Ta beauté a charmé le trois fois Saint,
Dieu tout-puissant par toi devint homme,
Par miséricorde pour nous.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ô Marie, ma douce mère. Hélène Goussebayle et Damien Le Mauff © Béatitudes Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

Saint Sacrement C

Dimanche 19 juin 2022
Solennité du Saint Sacrement du Corps et du Sang du Christ
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges – HG)

Moi, je suis le pain vivant qui est descendu du ciel, dit le Seigneur ;
si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement.

(Jn 6, 51)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Vous qui recevez le Corps et le Sang du Seigneur (SYLV521/D586). Fraternités monastiques de Jérusalem © Studio SM
(Voir les paroles)

En ce deuxième dimanche après la Pentecôte, nous célébrons la fête du Saint Sacrement, la Fête du Corps et du Sang du Christ.

C’est pour moi une grande joie de célébrer ce jour où nous fêtons le Christ qui se donne à nous en son corps et en son sang. Car pour moi, célébrer l’eucharistie a toujours été un des actes essentiels de ma vie de prêtre. On peut être prêtre de manières très diverses et vous savez d’expérience combien nous pouvons être très différents. C’est pourquoi, aucun prêtre n’est prêtre tout seul mais, en profonde communion avec l’évêque, nous formons ensemble un seul presbyterium, et sauf ces dernières années, j’ai toujours vécu en équipe de prêtres. Je rappelle cette phrase du Concile Vatican II dans le décret sur le Ministère et la Vie des prêtres : « Certes les tâches confiées (aux prêtres) sont diverses ; il s’agit pourtant d’un ministère sacerdotal unique exercé pour les hommes. C’est pour coopérer à la même œuvre que les prêtres sont envoyés, ceux qui assurent un ministère paroissial ou supra-paroissial comme ceux qui se consacrent à un travail scientifique de recherche ou d’enseignement, ceux-là même qui travaillent manuellement et partagent la condition ouvrière comme ceux qui remplissent d’autres tâches apostoliques ou ordonnées à l’apostolat. Finalement, tous visent le même but : construire le corps du Christ. »

Le Saint Sacrement est le signe de Dieu par excellence, donné par Jésus. Il y a des gens dont la personnalité se révèle à travers un signe particulier : un geste, une façon de se comporter, de parler ou de réagir… Pour Jésus, le signe qui le révèle le plus totalement, c’est l’eucharistie. Elle est son signe, son sacrement, le Saint Sacrement.

C’est pourtant apparemment un signe banal. Partager la nourriture avec des amis, prendre un repas, nous connassons bien cela. Pourtant la façon dont Jésus le faisait était telle qu’à l’auberge d’Emmaüs des disciples le reconnaîtrons à la fraction du pain. Et cela marquait aussi son ouverture à tous, dont les publicains et les pécheurs… car de sa table nul n’était exclu. Ce qui choquait les gens trop bien-pensants de son époque.

De cette façon de faire, de ce signe qui exprimait toute son attitude intérieure, il en fait l’expression du don de lui-même et qu’il serait pleinement présent à tous ceux qui feraient mémoire de son geste. C’est tout au long de l’année que nous refaisons ce geste mais aujourd’hui il nous est proposé de la célébrer grandement et d’en chante la grandeur !

L’eucharistie est un moment privilégié pour le prêtre qui célèbre non seulement d’être uni au Christ mais d’être aussi celui qui le représente. L’eucharistie est un moment privilégié où le prêtre qui célèbre est en pleine communion avec celles et ceux qui la célèbrent avec lui et à leur service ; et même au-delà, dans le don du Christ offert à la multitude, il est tourné vers l’humanité toute entière et à son service.

L’eucharistie est un moment privilégié pour le prêtre qui célèbre pour faire le corps du Christ, en nourrissant ses frères de la Parole de Dieu et du Corps du Christ. L’eucharistie est un moment privilégié pour le prêtre et ceux qui y participent, pour célébrer la louange de Dieu dans la communion des saints la plus profonde qui soit. L’eucharistie est un moment privilégié pour le prêtre qui célèbre et ceux qui y participent pour entrer dès maintenant dans la vie même de Dieu, dans le mouvement de sa vie d’amour de Dieu trinité : l’Esprit nous unit au Fils et avec lui nous célébrons la louange du Père.

Melkisédek offre le pain et le vin
(Gn 14, 18-20)

C’est en méditant les lectures du jour, que j’ai pensé à ces aspects de l’eucharistie, D’après le livre de la Genèse, Melkisédek offre le pain et le vin. découverte une première annonce de Dieu se révélant en son Fils fait homme.

 Tu es prêtre à jamais, selon l’ordre de Melkisédek. (cf. Ps 109, 4)
(Ps 109)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 109. Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

« Chaque fois que vous mangez ce pain et buvez cette coupe,
vous proclamez la mort du Seigneur »
(1 Co 11, 23-26)

Dans l’épitre Paul rappelle qu’en célébrant l’eucharistie, nous faisons référence au don par Jésus de sa vie : « vous proclamez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne ».

Séquence « Lauda Sion Salvatorem »

Lauda Sion Salvatorem. Choeur de l’Abbaye de Clervaux © A revoir sur YouTube
(Séquence en latin ; Séquence en français )

« Ils mangèrent et ils furent tous rassasiés »
(Lc 9, 11b-17)

L’évangile relate la multiplication des pains. Alors que les apôtres, très sagement, veulent renvoyer les foules, Jésus leur dit simplement : « Donnez-leur vous-mêmes à manger », car de sa table nul n’est exclu. « Heureux les invités au repas des noces de l’Agneau » dirons-nous au moment de la communion. Amen.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ave Maria (DP). Béatrice Gobin © Bayard Musique


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

Sainte Trinité C

Dimanche 12 juin 2022
Solennité de la Sainte Trinité
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges – HG)

Gloire au Père, et au Fils, et au Saint-Esprit :
au Dieu qui est, qui était et qui vient !
Alléluia. 

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Jubilez, criez de joie (Y68-11). Ensemble vocal Resurrexit © Bayard Musique
(Voir les paroles)

Après le temps pascal, les premiers dimanches du temps liturgique ordinaire sont réservés aux célébrations de solennités : aujourd’hui, la fête de la Sainte Trinité et le 19 juin, la fête du Saint Sacrement.

En cette fête de la sainte Trinité, l’occasion nous est offerte d’approfondir notre sens de Dieu en l’accueillant tel qu’il se révèle à nous. Nous parlons du « mystère » de la Sainte Trinité. Mais le premier sens du mot mystère ne signifie pas qu’il n’y a rien à comprendre mais signifie d’abord l’irruption de Dieu et sa présence dans la vie des hommes. L’irruption de Dieu, son entrée dans la vie des hommes est une histoire sacrée et comme telle nous n’arrivons pas à la saisir totalement et nous ne pourrons jamais l’accaparer et la posséder. Dans nos relations humaines, nous faisons l’expérience que l’homme lui-même est déjà un mystère et que si nous voulons connaître vraiment quelqu’un, il faut du temps. Il faut savoir ce qu’il fait, ce qu’il aime et ses centres d’intérêt, quelles sont ses relations, quel fut son passé…  Même la connaissance des êtres proches et chers n’est jamais totale et nous pouvons toujours être surpris. De plus, pour nous chrétiens, qui croyons que l’homme a été créé à l’image de Dieu, nous savons qu’il est à respecter et que nous n’avons pas à vouloir le posséder et encore moins à l’opprimer. Si l’être humain est un mystère, combien plus cela est-il vrai de Dieu lui-même. Laissons-nous toujours surprendre par Dieu dans son mystère. Laissons-nous habiter par ce geste si fréquent qu’il en devient machinal qu’est le signe de la croix. Dieu unique dans son mystère se révèle Père, Fils et Esprit. En faisant le signe de la croix, je manifeste que je crois et que j’ai besoin que Dieu me soit un Père qui m’aime, besoin que Dieu, en la personne du Fils, me soit un frère qui m’aide et me sauve, et besoin que Dieu, en la personne de l’Esprit, vienne s’insinuer en moi et y demeurer.

La Sagesse a été conçue avant l’apparition de la terre
(Pr 8, 22-31)

A travers les livres historiques et prophétiques de la Bible, Dieu se révèle avant tout comme le Dieu Transcendant communiquant avec autorité sa parole aux hommes. A travers les livres de « sagesse » se manifeste un nouvel aspect de sa nature. Il agit au cœur de l’humanité et se laisse approcher à travers l’expérience humaine. Le livre des Proverbes exprime cette sagesse fondée en Dieu avant même la création du monde. Cette sagesse sera reconnue comme l’Esprit. Les premiers chrétiens reconnaîtront aussi dans cette découverte une première annonce de Dieu se révélant en son Fils fait homme.

 Ô Seigneur, notre Dieu, qu’il est grand, ton nom,
par toute la terre !
 
(Ps 8, 2)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 8 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Face au Dieu tout puissant, l’homme pourrait se sentir écrasé. Comment se fait-il que le Seigneur se fasse presque son égal ? A cette question du psalmiste, les chrétiens répondent en évoquant Jésus pleinement homme et pourtant Fils égal au Père.

Vers Dieu par le Christ dans l’amour répandu par l’Esprit
(Rm 5, 1-5)

Dans l’épitre, Paul exprime une des idées essentielles concernant notre rapport à Dieu. Après avoir montré comment l’homme est tenté de se placer face à Dieu dans une mentalité mercantile ou même d’esclave, il affirme qu’il en va tout autrement pour celui qui, en Jésus, a découvert le Dieu Père nous aimant gratuitement et qui nous demande de l’accueillir dans la foi. Celui-ci est engagé dans une dynamique faite d’espérance, pénétré qu’il est par l’Esprit source d’amour.

« Tout ce que possède le Père est à moi ; l’Esprit reçoit ce qui vient de moi pour vous le faire connaître »
(Jn 16, 12-15)

L’évangile nous dit qu’en s’attachant à Jésus, l’homme s’engage dans un mouvement de découverte de Dieu rendu possible par le don de l’Esprit qui nous donne de participer à la vie même de Dieu.

A la messe, présent en nous, l’Esprit nous tourne vers le Père et nous donne une conscience de Fils. Nous pouvons alors être unis Jésus et l’accompagner dans l’action de grâce qu’il n’a cessé de rendre tout au long de sa vie et jusqu’au don de lui-même sur la croix. Cela nous le revivons lorsque nous célébrons l’eucharistie. Habités par l’Esprit, unis au Fils, nous sommes tournés vers le Père et nous participons ainsi à la vie même de la Trinité. Et c’est notre vie toute entière qui est saisie dans le mouvement de vie du Dieu Trinité.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Aujourd’hui, nous chantons Marie, en lui disant, tu es la Première en chemin, entraînes-nous à dire oui aux imprévus de Dieu.… « . 

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

La première en chemin, Marie (V565). I. Gaboriau / D. Fauchard © Bayard Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

Pentecôte C

Dimanche 5 juin 2022
Solennité de la Pentecôte
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Viens, Esprit Saint !
Emplis le cœur de tes fidèles !
Allume en eux le feu de ton amour !

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Esprit de Pentecôte, souffle de Dieu (K138). Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique
(Voir les paroles)

Nous avons tous envie de vivre et nous désirons que notre vie soit riche, épanouie, réussie ; une vie pleine de sens, une vie en plénitude. Mais nous nous heurtons à la réalité d’un monde souvent dur et aux difficultés qui peuvent nous assaillir. Nous nous heurtons aussi à nos limites, nos faiblesses, nos manques et nos péchés, en un mot à nous-mêmes. La vraie vie, c’est l’Esprit, affirme la révélation chrétienne. La vie en plénitude est le fruit de l’Esprit. S’il faut nous en convaincre, il suffit de relire le passage de l’épitre de Saint Paul aux Romains que nous venons d’entendre en deuxième lecture.

« Tous ceux qui se laissent conduire par l’Esprit de Dieu, ceux-là sont fils de Dieu »
(Rm 8, 8-17)

L’Esprit c’est d’abord, tout simplement le souffle. Et le mot qui l’exprime en hébreu tout comme en grec et en latin, exige pour être prononcé de souffler. Laissons de coté l’hébreu… en Grec c’est le « pneuma. » Essayer de dire les mots français qui en sont dérivés : tel « pneumatique » sans souffler ! Et en latin « spiritus » que pour éviter tout effort, nous avons transformé en « esprit » …

L’Esprit devient dans la Bible le « souffle de Dieu » ! Les Juifs nommèrent ainsi la force jaillissante dont ils décelaient la présence dans le monde créé. Rappelons-nous les premiers versets de la Bible : « Au commencement… un souffle de Dieu planait au-dessus des eaux… » De ce souffle de Dieu, les juifs en attendirent la renaissance de leur peuple écrasé par la défaite et disséminé en exil. Ils y virent surtout le dynamisme capable de recréer le cœur perverti de l’homme et de le tourner vers son Seigneur. Mais pour eux ce terme ne désignait qu’une manifestation divine et non une personne, Dieu en personne.

L’Esprit c’est d’abord, tout simplement le souffle. Et le mot qui l’exprime en hébreu tout comme en grec et en latin, exige pour être prononcé de souffler. Laissons de coté l’hébreu… en Grec c’est le « pneuma. » Essayer de dire les mots français qui en sont dérivés : tel « pneumatique » sans souffler ! Et en latin « spiritus » … que pour éviter tout effort, nous avons transformé en « esprit » …

L’Esprit devient dans la Bible le « souffle de Dieu » ! Les Juifs nommèrent ainsi la force jaillissante dont ils décelaient la présence dans le monde créé. Rappelons-nous les premiers versets de la Bible : « Au commencement… un souffle de Dieu planait au-dessus des eaux… » De ce souffle de Dieu, les juifs en attendirent la renaissance de leur peuple écrasé par la défaite et disséminé en exil. Ils y virent surtout le dynamisme capable de recréer le cœur perverti de l’homme et de le tourner vers son Seigneur. Mais pour eux ce terme ne désignait qu’une manifestation divine et non une personne, Dieu en personne.

La foi chrétienne y reconnaît la dénomination d’une personne vivante. Dieu, en sa réalité la plus profonde est échange et don. Cette découverte fondamentale, rendu accessible à l’homme en Jésus-Christ, s’exprime par la foi en Dieu Trinité. Le Père et le Fils, liés dans la réciprocité, se reconnaissent en l’Esprit. S’il s’agit là d’une vérité impossible à saisir en toute clarté, ses conséquences sont en tout cas prodigieuses pour l’homme : habité par l’Esprit et participant à l’Esprit, il est saisi dans le dynamisme même de la vie divine. La Pentecôte, fête de l’Esprit, marque ainsi l’aboutissement de Pâques. C’est à partir d’elle et par elle que s’affirme le renouvellement d’un monde recréé par Dieu.

Contrairement à Jean qui condense en un seul épisode, tout de suite après la résurrection, l’apparition de Jésus à ses disciples et le don de l’Esprit, Luc présente ces événements étalés dans le temps. Les images par lesquelles il évoque l’événement de la Pentecôte prennent leur sens par l’Ancien Testament : elles évoquent la révélation du Sinaï, point de départ du peuple de Dieu, la communication retrouvée entre des hommes dont l’épisode de la tour de Babel avait marqué la division. L’humanité reconstituée peut chanter la louange de Dieu. La Pentecôte n’est toutefois qu’un point de départ. Et toute la suite du livre des « Actes des Apôtres » a pour but de montrer l’éclatement de l’Esprit Saint à l’action dans le monde et qui précède l’Eglise en mission.

 Ô Seigneur, envoie ton Esprit qui renouvelle la face de la terre !
(Ps 103)

Ce sont ces actions, ces œuvres merveilleuses de l’Esprit dans le monde que chante le psaume en louange à Dieu.

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 103 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Comme cela a été déjà évoqué, Paul, de manière tranchée, avec une vision très noire quand il s’agit de la vie selon la chair, c’est-à-dire recentrée seulement sur soi, Paul donc, évoque l’opposition entre la vie selon l’Esprit et la vie sans l’Esprit.

L’Evangile, lui, nous assure que seul l’Esprit peut nous ouvrir à la vérité sur Dieu et nous faire participer à la vie même de Dieu. L’Eglise, le corps du Christ, voulue par Dieu comme signe de son amour par l’amour les uns les autres afin d’annoncer la Bonne Nouvelle, ne sera vraie que si tous ses membres sont participants de la vie et de la grâce de Dieu. Et cela, c’est le travail de l’Esprit qui est donné en ce jour à l’Eglise et à tous ses fidèles.  

Marcel Baurier


Séquence : Veni, Sancte Spiritus

Viens, Esprit Saint,
et envoie du haut du ciel
un rayon de ta lumière

« L’Esprit Saint vous enseignera tout »
(Jn 14, 15-16.23b-26)

Séquence : Veni, Sancte Spiritus. Chœur de l’abbaye de Mondaye © Bayard Musique
(Voir les paroles en français)
Image : Veni, Sancte Spiritus © Biblioteca Apostolica Vaticana

Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Salve Regina. Chœur des sœurs de l’abbaye d’Echourgnac © Bayard Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

7° dimanche de Pâques C

Dimanche 29 mai 2022
7° dimanche de Pâques
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Je ne vous laisserai pas orphelins, dit le Seigneur,
je reviens vers vous, et votre cœur se réjouira.
(cf. Jn 14, 18)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Dieu nous a tous appelés (A14-56-1). Choeur Antidote © Bayard Musique
(Voir les paroles)

En ce 7° dimanche de Pâques approfondissons le lien très fort entre amour de Dieu et amour des frères, communication et communion avec Dieu et communication et communion entre frères.

« Voici que je contemple le Fils de l’homme debout à la droite de Dieu »
(Ac 7, 55-60)

 Le Seigneur est roi, le Très-Haut sur toute la terre !
(Ps 96)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 96 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

« Viens, Seigneur Jésus ! »
(Ap 22, 12-14.16-17.20)

Le livre de l’Apocalypse se termine en nous redisant la possibilité pour qui la désire et même la promesse faite aux croyants de la rencontre avec Dieu en Jésus-Christ. : « L’Esprit et l’épouse disent : « Viens ! » Celui qui entend, qu’il dise aussi : « Viens ! ». 

« Qu’ils deviennent parfaitement un »
(Jn 17, 20-26)

Aujourd’hui nous avons écouté un passage du chapitre 17 de l’évangile de Jean qui est un passage de la grande prière de Jésus à son Père, dans un moment exceptionnel, « à l’heure où il passait de ce monde à son Père. »

Quelques instants auparavant, Jésus priait son Père pour qu’il garde et protège ses disciples envoyés dans le monde pour être témoins de la vérité. Cette vérité qui est que Dieu est amour et que l’humanité a été créée pour vivre dans l’amour.

C’est donc en toute logique que, toujours en prière, Jésus prie particulièrement son Père pour que ses disciples gardent l’unité. Car pour Jésus, l’unité n’est pas une fraternité de façade mais un produit et une réalité de l’amour. Cette unité, à laquelle les disciples de Jésus sont invités, trouve son fondement en Dieu lui-même, en l’amour même de Dieu, l’amour entre le Père et le Fils, et si l’Esprit n’est pas ici nommé, il s’agit bien de l’amour en Dieu Trinité.

Une unité de paix profonde et d’amour véritable pour que le monde croie en la Bonne Nouvelle de l’amour de Dieu : « Que leur unité soit parfaite, demande Jésus à son Père : ainsi le monde saura que tu m’as envoyé, et que tu les as aimés comme tu m’as aimé. » L’amour entre frères renvoie à l’amour du Père.

C’est donc par une telle unité qu’ils rendront témoignage du Père avec qui Jésus vit lui-même dans une unité totale. Mais la prière de Jésus ne s’arrête pas là. Elle demande au Père la réalisation d’une promesse : « Père, ceux que tu m’as donné, je veux que là où je suis, eux aussi soient avec moi, et qu’ils contemplent ma gloire, celle que tu m’as donné avant même la création du monde. » Puissent ses disciples contempler sa gloire, afin qu’ils soient totalement pénétrés par l’amour qui a illuminé sa propre vie et pour qu’ils puissent se retrouver auprès de lui, ayant retrouvé toute sa gloire de Verbe de Dieu, de Fils de Dieu.

Cette demande de Jésus à son Père me renvoie à d’autres passages de l’évangile de Jean qui me donne beaucoup de joie, comme celui-ci : « Dans la maison de mon Père, beaucoup peuvent trouver leur demeure ; sinon, est-ce que je vous aurais dit : je pars vous préparer une place ? Quand je serai allé vous la préparer, je reviendrai vous prendre avec moi et là où je suis vous y serez-vous aussi. » De nouveau la promesse faite aux apôtres, mais qui nous concerne aussi, d’être pris avec Jésus et de vivre pour toujours avec Lui.

Je n’arrive pas à imaginer ni n’essaye de savoir quelle sera notre vie auprès de Dieu. Mais je crois en la promesse qui nous est faite et j’attends dans l’espérance qu’elle se réalise.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office. Aujourd’hui, la profondeur des paroles du chant « Ô Marie, ma douce mère », composé par sainte Faustine, nous invite à suivre les pas de la Vierge Immaculée vers la sainteté :

Ô Marie, ma douce mère, Vierge Immaculée,
Ta beauté a charmé le trois fois Saint,
Dieu tout-puissant par toi devint homme,
Par miséricorde pour nous.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ô Marie, ma douce mère. Hélène Goussebayle et Damien Le Mauff © Béatitudes Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram


Mis en avant

Ascension du Seigneur

Jeudi 26 mai 2022
Solennité de l’Ascension du Seigneur
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

De toutes les nations, faites des disciples, dit le Seigneur.
Moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde.
(Mt 28, 19a.20b)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Chant pour la fête de l’Ascension (J35). Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique
(Voir les paroles)

« Tandis que les Apôtres le regardaient, il s’éleva »
(Ac 1, 1-11)

La première lecture, le tout début du livre des Actes des Apôtres, est déjà fort claire. Je retiens les paroles de Jésus, juste avant qu’il ne s’élève et disparaisse aux yeux des apôtres. Après l’échec de la passion et de la mort de leur ami, voilà les apôtres, qui n’ont apparemment pas compris grand-chose à tout ce qu’il leur a enseigné, à nouveau pleins d’optimisme et de rêves de pouvoir : « Seigneur, est-ce maintenant que tu vas rétablir la royauté en Israël ? » Jésus leur répondit : « Il ne vous appartient pas de connaître les délais et les dates que mon Père a fixés dans sa liberté souveraine. Mais vous allez recevoir une force, celle de l’Esprit Saint qui viendra sur vous. Alors vous serez mes témoins à Jérusalem, dans toute la Judée et la Samarie, et jusqu’aux extrémités de la terre. » L’Ascension, fête du passage de relais, fête de l’envoi de témoins, fête de l’envoi des apôtres et des chrétiens jusqu’aux extrémités de la terre au nom et à la place de Jésus. La finale de la lecture est savoureuse. Les apôtres ne sont guère pressés de devenir adultes dans la foi et témoins au nom du Christ. Ils continuent de fixer le ciel… Ils se font alors rappeler à l’ordre par deux hommes en vêtements blancs, des anges, qui leur disaient : « Galiléens, pourquoi restez-vous à regarder vers le ciel. » Comme pour dire : Allez, au travail, soyez des témoins !

 Dieu s’élève parmi les ovations, le Seigneur, aux éclats du cor.
(Ps 46)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 46 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Il est tout à fait normal que le psaume de ce jour soit une belle acclamation lancée au Seigneur, victorieux, qui retourne dans la gloire.

« Le Christ est entré dans le ciel lui-même »
(He 9, 24-28.10, 19-23)

La deuxième lecture est un passage de la lettre aux Hébreux, un texte un peu compliqué pour nos esprits d’aujourd’hui. Je retiens simplement, qu’à la suite de Jésus et grâce à lui, nous pouvons avoir « la pleine assurance » d’entrer nous aussi dans le sanctuaire du ciel. La fête de l’Ascension, en plus d’être pour nous l’envoi comme témoins, est en même temps la célébration d’une promesse : ressuscités à la suite du Christ, nous sommes aussi assurés de le suivre dans la gloire du ciel.   

« Tandis qu’il les bénissait, il était emporté au ciel »
(Lc 24, 46-53)

L’évangile selon Luc, qui est aussi l’auteur du livre des Actes des Apôtres, est de nouveau le récit de l’Ascension. Avec, comme dans le texte du livre des Actes, l’universalisme du témoignage, « à toutes les nations, en commençant par Jérusalem. C’est vous qui en êtes les témoins. Et moi, je vais envoyer sur vous ce que mon Père a promis. » C’est donc encore la promesse d’une force, la promesse de l’Esprit Saint, l’annonce de la Pentecôte. Et en attendant ce jour, les apôtres remplis de joie, retournent à Jérusalem et continuent de louer Dieu au Temple ou au Cénacle. Car Luc, à la différence de Jean qui situe le don de l’Esprit Saint et l’envoi dès le soir de la résurrection, marque des étapes. C’est à la suite de l’évangile de Luc et du livre des Actes que s’est structurée l’année liturgique : aujourd’hui l’Ascension et dans dix jours la Pentecôte. Mais sans attendre ce jour proche, soyons déjà les témoins de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ et les messagers de sa promesse de vrai bonheur : un jour, il nous prendra avec lui ! 

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office :

Nous te saluons Notre Dame, en Toi nous est donnée l’aurore du salut !

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Couronnée d’étoiles (V44-58). Chorale Music et Mission © ADF Musique
(Voir les paroles)