13° dimanche temps ordinaire C

Dimanche 26 juin 2022
13° dimanche du temps ordinaire
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Parle, Seigneur, ton serviteur écoute ;
Tu as les paroles de la vie éternelle.
(cf. 1 S 3,9 ; Jn 6, 68c)

Pour chanter le Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ecoute, ton Dieu t’appelle : « viens suis-moi » (NE). Choeur dans la ville © A revoir sur YouTube
(Voir les paroles)

Quelle idée nous faisons-nous de notre foi chrétienne et de notre pratique religieuse ? Que sont-elles pour nous ?  Un lieu de liberté et d’épanouissement ou un lot de devoirs et d’obligations ? Pour vivre de l’Evangile, cela nous plait bien de nous rappeler ces paroles de Jésus : « Je suis doux et humble de cœur… Oui mon joug est facile à porter et mon fardeau léger ». Mais pour suivre Jésus et aller vers Dieu notre Père, la parole de Dieu d’aujourd’hui nous parle d’une démarche qui semble plus exigeante.

« Élisée se leva et partit à la suite d’Élie »
(1 R 19, 16b.19-21)

 Dieu, mon bonheur et ma joie ! 
(cf. Ps 15, 2.11)
(Ps 15 (16), 1.2a.5, 7-8, 9-10, 2b.11)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 15 (AELF). GPS Trio © ADF Musique

Le psaume nous apparaît plus compréhensible et acceptable : le psalmiste a choisi de consacrer sa vie à Dieu, « son héritage ». Ce choix lui donne de vivre pleinement. Il peut se diriger avec certitude vers un avenir de joie et de bonheur. Et de fait, nous connaissons tous des femmes et des hommes qui se donnent à Dieu et engagent leur vie à son service et à celui de leurs frères, et cela totalement. Pensons à tous ces jeunes hommes qui sont ordonnés prêtres aujourd’hui et prions pour eux.

« Vous avez été appelés à la liberté »
(Ga 5, 1.13-18)

Le passage de l’épitre de Paul aux Galates nous permet d’approfondir notre méditation et notre réflexion. Parmi ces nouveaux chrétiens que sont les Galates, certains sont soumis à des formes de vie religieuse qui les enchainent et les rendent esclaves et les enferment dans une angoisse dont aucune pratique ne paraît jamais suffisante pour les libérer. Il faut comprendre que beaucoup d’entre eux venaient du judaïsme où l’obéissance à la Loi dans tous ses détails s’imposait. Après avoir dénoncé ces pratiques aux Galates, Paul invite ceux-ci à accéder à la véritable liberté. Celle-ci s’oppose à la chair, car elle est destruction des tendances égoïstes tout humaines. Car le mot de chair désigne toute l’humanité de chacun. Le chrétien est invité à se libérer du péché mais aussi de tout ce qui l’enferme sur lui-même. La liberté du chrétien permet l’amour de Dieu et des autres et elle n’a plus rien à voir avec la contrainte de la Loi. Elle est le fruit du don de l’Esprit de Dieu.

« Jésus, le visage déterminé, prit la route de Jérusalem »
« Je te suivrai partout où tu iras »
(Lc 9, 51-62)

En commençant le récit de la « montée à Jérusalem », Luc souligne d’abord la volonté de Jésus qui prend la route « le visage déterminé » mais aussi sa signification pour Jésus : celui-ci se dirige vers le lieu où il doit être « enlevé au ciel », enlevé de ce monde, et cela par la passion, par sa mort et sa résurrection.

Ses compagnons les apôtres n’en sont pas encore là et sont prêts à tout faire pour que cela n’arrive pas. Par rapport aux samaritains qui refusent de recevoir Jésus et ses amis, leur mentalité reste encore marquée par un esprit de revanche totalement étranger à Jésus. Lui prend donc la route avec courage, prêt à vivre par amour le don de sa vie. Il est entièrement tourné vers un univers nouveau où règne l’amour. A ceux qui veulent le suivre, il demande de se rendre libres et pour cela de tout quitter, de rompre radicalement avec leur monde, et de se préparer ainsi à faire part du royaume de Dieu dont la seule loi est l’amour.

Nous voici, en ce dimanche, nous aussi invités à vivre la vraie liberté. Mais cela ne saurait être le résultat d’un événement tout extérieur, permettant soudain à chacun d’échapper à ses pesanteurs. Cela ne peut survenir qu’au terme d’un long cheminement intérieur donnant à celui qui le vit de se défaire de tout ce qui l’attache à lui-même. L’eucharistie peut nous y aider car elle est signe de la vraie vie, d’une vie qui ne peut jaillir que du don de soi à Dieu et aux autres.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office. Aujourd’hui, la profondeur des paroles du chant « Ô Marie, ma douce mère », composé par sainte Faustine, nous invite à suivre les pas de la Vierge Immaculée vers la sainteté :

Ô Marie, ma douce mère, Vierge Immaculée,
Ta beauté a charmé le trois fois Saint,
Dieu tout-puissant par toi devint homme,
Par miséricorde pour nous.

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Ô Marie, ma douce mère. Hélène Goussebayle et Damien Le Mauff © Béatitudes Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram