2° dimanche de Pâques année C

Dimanche 24 avril 2022
2e dimanche de Pâques ou de la Divine Miséricorde
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie
(Saint-Bertrand de Comminges)

Pour entendre l’appel à se rassembler en communauté le jour du Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Cloches de l’Abbaye de Sylvanes © Studio SM

Thomas parce que tu m’as vu, tu crois, dit le Seigneur.
Heureux ceux qui croient sans avoir vu !
(Jn 20, 29)

Pour chanter le Dieu vainqueur et fêter la Pâque du Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Chrétiens, chantons le Dieu vainqueur (I36). Choeur de l’Abbaye de Mondaye © Studio SM
(Voir les paroles)

« Des foules d’hommes et de femmes, en devenant croyants,
s’attachèrent au Seigneur »
(Ac 5, 12-16)

 Rendez grâce au Seigneur : Il est bon !
Éternel est son amour !
(Ps 117)

Pour psalmodier la louange au Seigneur, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 117 (AELF). Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

« Huit jours plus tard, Jésus vient »
(Jn 20, 19-31)

Mais en ce 2° dimanche de Pâques, au début de la longue chaine des témoins du Ressuscité, c’est Thomas, dont le nom signifie « jumeau », qui nous est proposé. Donc avec un nom qui peut nous rappeler, qu’en matière de démarche de foi, nous sommes parfois les jumeaux de l’apôtre soi-disant « incrédule. »

Vraiment j’ai de l’admiration pour Thomas. Ayant appris, par l’annonce de ses amis, la résurrection de Jésus, il se refuse à y croire car il veut être sûr que le ressuscité est bien le crucifié, que la résurrection n’a pas gommé les signes de la passion, de cette passion vécue et offerte par amour des hommes. La passion comprise comme le passage vers la résurrection et la vie nouvelle !

Lorsque Jésus se présente à Thomas, avec ses plaies, l’évangile ne nous dit pas s’il a pu les toucher, mais il nous dit simplement son formidable acte de foi en la résurrection de Jésus mais aussi en sa divinité : « Mon Seigneur et mon Dieu ».

En définitive, quel est le sens du reproche de Jésus à Thomas : « cesse d’être incrédule, sois croyant » et plus loin : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu ». Avec la résurrection, les apôtres ne sont plus dans le temps du compagnonnage quotidien avec Jésus. Il leur faut entrer dans le temps de la foi et de l’Eglise. L’incrédulité reprochée à Thomas par Jésus n’est pas par rapport à lui, mais par rapport à ses frères les autres apôtres. Ce sont eux qu’il n’a pas cru, c’est leur témoignage qu’il a refusé, c’est le témoignage de l’Eglise naissante qu’il n’a pas voulu accueillir.

« J’étais mort, et me voilà vivant pour les siècles des siècles »
(Ap 1, 9-11a.12-13.17-19)

La lecture de l’Apocalypse est une nouvelle annonce de la résurrection par le Ressuscité lui-même : « Moi, je suis le Premier et le Dernier, le Vivant : j’étais mort et me voilà vivant pour les siècles des siècles. »

C’est grâce au témoignage de Thomas et des apôtres, grâce à la longue chaine des témoins, avec les saints officiels que nous connaissons, tel saint Bertrand, mais aussi avec les saints inconnus de nos familles et tous les saints, c’est grâce à eux tous que nous croyons sans avoir vu et que vivons dans la joie de Pâques.

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office :

Aujourd’hui, nous chantons notre Dame, Toi, notre Mère, nous te prions !

Pour prier Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Toi, Notre Dame (V153). Ensemble vocal l’Alliance © ADF Musique
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


EPHETA a conclu avec la Librairie La Procure un programme d’affiliation. En commandant des livres à partir de notre site, vous apportez votre soutien fraternel aux retraitants et pèlerins les plus démunis.

Pour effectuer une recherche et commander, merci de cliquer sur le bouton LA PROCURE. Vous serez alors redirigé(e) vers le site sécurisé de la librairie.


Une fois par semaine, EPHETA vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram