Homélie Assomption

Solennité de l’Assomption de la Vierge Marie
Dimanche 15 août 2021
Prédication du Père Marcel Baurier
Cathédrale Sainte Marie

(Saint-Bertrand de Comminges)

Pour entendre l’appel à la messe, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Cloches de l’Abbaye de Sylvanes © Studio SM

Aujourd’hui s’est ouverte la porte du paradis : Marie est entrée dans la gloire de Dieu ;
exultez dans le ciel, tous les anges !

Pour écouter le chant d’entrée, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Couronnée d’étoiles (V44-58). Chorale Music et Mission © ADF Musique
(Voir les paroles)

« Une Femme, ayant le soleil pour manteau et la lune sous les pieds »
(Ap 11, 19a ; 12, 1-6a.10ab)

Debout, à la droite du Seigneur, se tient la reine, toute parée d’or.
(Ps 44)

Pour écouter la psalmodie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Psaume 44. Ensemble vocal Hilarium © ADF Musique

« En premier, le Christ ; ensuite, ceux qui lui appartiennent »
(1 Co 15, 20-27a)

La lecture de la lettre de Paul nous permet de mieux entrer dans la révélation de l’histoire du salut : en contrepoint avec Adam, le Christ, le premier ressuscité, entraîne tous les hommes à sa suite, et puisque tous revivront, et chacun à son rang, Marie, comme l’a dit le psaume, doit avoir une place particulière… dans la gloire de son Fils.

« Le Puissant fit pour moi des merveilles : il élève les humbles »
(Lc 1, 39-56)

Pour écouter la proclamation chantée de l’Evangile, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Alléluia et chant de l’Evangile. Ensemble Arpège © Studio SM

L’évangile est celui de la visitation de Marie à Elisabeth, évangile que nous connaissons. Peut-être aujourd’hui pourrions en faire la lecture suivante : Marie, la servante du Seigneur, toujours disponible à la parole de son Seigneur, est aussi toujours disponible à ses frères. Elle est toujours là où il faut et quand il faut.  Aujourd’hui, en ce 15 août, nous célébrons Marie qui est dans la gloire avec son Fils, et c’est bien là qu’il faut qu’elle soit.

Mais contemplons-la dans sa vie terrestre.

Elle est à Nazareth, alors qu’elle est fiancée, seule, pour accueillir l’annonce de l’ange. Elle croit à la parole de l’ange. Et la voilà qui part à la rencontre de sa cousine qui a sûrement besoin d’elle. Elle va d’un pas rapide, nous dit l’évangile, car la distance est longue de Nazareth à la montagne de Judée. Elle va d’un pas rapide aussi pour partager sa joie. C’est alors la rencontre de deux femmes de foi rassemblées dans le bonheur d’être mères. Deux femmes qui expriment leur joie en chantant les merveilles que fit le Seigneur.

Pour cause de recensement, quelques mois plus tard, Marie refait avec Joseph le déplacement de Nazareth jusqu’en Judée, à Bethléem, et c’est la naissance de Jésus.

Au temple à Jérusalem, elle va présenter son bébé comme le veut la loi et provoquer la joie de Syméon et d’Anne. Au temple encore, mais des années plus tard, elle va chercher son enfant sans trop arriver à le comprendre.

A Cana, en Galilée, lors d’une noce, elle force la main à son fils qui va, à l’invitation de sa mère, faire le signe inaugural de sa mission.

Au pied de la croix, elle est là à souffrir en voyant son fils au supplice et devient la mère donnée à Jean et à tous les humains. Puis c’est sur ses genoux que le corps de Jésus a reposé.

Au Cénacle, avec les apôtres et d’autres femmes, elle a prié, savourant dans la foi la joie de la résurrection de son Fils, attendant le don de l’Esprit pour que naisse l’Eglise.

Et aujourd’hui elle est dans la gloire de son Fils, « ayant le soleil pour manteau, la lune sous les pieds, et sur la tête une couronne de douze étoiles. »

Marcel Baurier


Hymne mariale

A la cathédrale sainte Marie de Saint-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne), un chant à la Vierge Marie s’élève à la fin de chaque office.

Nous vous invitons à chanter le Magnificat avec la Vierge Marie,
à entrer dans sa louange,
à apprendre d’elle comment rendre grâce.

Pour chanter avec Marie, cliquez sur le bouton ci-dessous :

Le Seigneur fit pour moi des merveilles. Magnificat (VX52). Ensemble vocal Capella Sylvanensis © Studio SM
(Voir les paroles)


Photos du haut vers le bas : Vue d’ensemble, Vierge Marie du rétable, jubé, orgue, portail roman et maître-autel de la cathédrale Sainte Marie de St-Bertrand-de-Comminges (Haute-Garonne). Père Marcel Baurier, Recteur de la cathédrale.
La cathédrale Sainte Marie de Comminges (XIe-XIVe siècle) contient entre ses murs, une église intérieure en bois de chêne (photos ci-dessus), ornée de splendides sculptures et décorée de marqueteries réalisées entre 1525 et 1535. Cet espace propose une méditation sur l’histoire du salut, depuis le péché originel jusqu’au paradis représenté au maître autel. Un orgue Renaissance fut également construit en 1551 (Source : diocèse de Toulouse). La cathédrale Sainte Marie est inscrite au Patrimoine mondial de l’UNESCO pour les chemins de St-Jacques de Compostelle.

Le Père Marcel Baurier, né en 1937, a été ordonné prêtre en juin 1964. Curé à Toulouse pendant quarante ans, il a été très jeune membre du Conseil épiscopal de l’Archidiocèse de Toulouse, secrétaire général du synode et vicaire épiscopal responsable de l’agglomération toulousaine. Ancien président de la radio chrétienne régionale, Radio Présence, de 1989 à 2009, il continue de nos jours certaines semaines à présenter des homélies à la radio. Il est Recteur de la cathédrale Sainte Marie à St-Bertrand de Comminges (Haute-Garonne) depuis septembre 2009, où il accueille les pèlerins dans ce haut lieu nommé « Sanctuaire du Comminges » sur le chemin de St-Jacques de Compostelle.


Une fois par semaine, Epheta vous propose un Commentaire de la Parole de Dieu du dimanche. Epheta publie également sur abonnement (gratuit) une Prière des Heures.

Abonnez-vous gratuitement ! (en bas-de-page) Vous serez ensuite informé(e) par e-mail des prochaines parutions. Vous pourrez vous désinscrire à tout moment.
Suivez-nous sur les réseaux sociaux : FacebookTwitterInstagram